Winterlight

The Longest Sleep Through The Darkest Days

(n5MD / Import)

 date de sortie

16/03/2018

 genre

Rock

 style

Electronica / Post-Rock

 appréciation

 tags

Electronica / Lightsway / n5MD / Post-Rock / Winterlight

 liens

n5MD
Lightsway

 autres disques récents
Moskus
Mirakler
(Hubro)
Tim Hecker
Konoyo
(Kranky)
Epic45
Through Broken Summer
(Wayside and Woodland Recordings)
kj
ex
(Dronarivm)

Une longue pause entre cet album et son prédécesseur (près de sept ans) aura permis à Tim Ingham de sortir quelques EP, mais surtout de transformer son projet solo en duo, en accueillant sa sœur Isabelle à la basse. Tout d’abord présente pour des concerts, cette dernière se trouve à présent pleinement intégrée à Winterlight et trouve donc toute sa place sur The Longest Sleep Through The Darkest Days. À nouveau hébergé sur n5MD, ce long-format s’inscrit impeccablement dans la dynamique de ce label, avec son mélange d’electronica et de post-rock, ses envolées vertigineuses, ses croisements entre lignes de guitare et programmations synthétiques.

Dans un tel contexte, les Britanniques ne se distinguent pas forcément de ce que la structure états-unienne peut proposer par ailleurs, mais ont réussi à gommer certaines limites du premier album, dont la surenchère qui guette parfois ce registre musical. De même, ils ont su accentuer certaines qualités, comme l’aspect léger et aérien des mélodies (Stretch Out And Away I Go). Toujours aussi entraînante, voire frisant un caractère mécanique dans son entente batterie-instruments mélodiques (The Closer We Come), la musique de Winterlight sait aller chercher du côté de la mélancolie (Hinterland).

Plus encore, comme pour sortir d’une forme de confort, le duo s’essaye, en dernière piste de disque, à un morceau de onze minutes et trente secondes (The Longest Sleep), débutant par quelques notes de clavier perlant sur un tapis sonore, avant que des poussées sonores n’apparaissent brièvement ; une fois passée une nouvelle phase de plateau, les nappes de guitare interviennent pour clôturer le titre, dans une veine moins débridée et plus contenue que sur le reste du disque.

François Bousquet
le 12/04/2018

À lire également

Ocoeur
Light As A Feather
(n5MD)
Asonat
Connection
(n5MD)
Near The Parenthesis
L’Eixample
(n5MD)
Lights Out Asia
Eyes Like Brontide
(n5MD)