Tarik Kiswanson : Come, come, come of age

 date

du 13/03/2018 au 21/04/2018

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Fondation d’entreprise Ricard / Tarik Kiswanson

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 01/02/2018 au 15/04/2018
Stéphane Dafflon : U+25A6
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 20/01/2018 au 25/03/2018
Louise Hervé & Chloé Maillet : L’Iguane
(Crédac)
du 18/01/2018 au 17/03/2018
Hoël Duret : Too Dumb To Fail
(Galerie Édouard-Manet)
du 28/11/2017 au 13/01/2018
Maurice Blaussyld / Samuel Richardot : Duographie
(Fondation d’entreprise Ricard)

Alors que le programme de salle nous fait savoir que les présentes œuvres de Tarik Kiswanson sont assez différentes de ses précédentes « qui ont fait [s]a renommée », nous devons admettre ne pas avoir de souvenir de productions antérieures du plasticien. Pourtant, sa liste de participations à des expositions collectives fait qu’on a dû le voir précédemment, mais sans être marqué par son travail. On arrive donc assez vierge dans l’espace de la Fondation d’Entreprise Ricard, pour tomber face à cinq sculptures combinatoires, intitulées chacune Mother Form.

JPEG - 43.4 ko
Mother Form
(courtesy galerie Almine Rech)

Constituées d’un incubateur, tels ceux qu’on trouve dans les salles de néo-natalité des hôpitaux, et de caissons métalliques de rangements, ces sculptures se présentent sous différentes formules : caisson posé horizontalement ou verticalement sur l’incubateur, installé à côté, etc… Ces constructions un peu aléatoires, comme l’utilisation d’incubateurs, renvoient alors aux différentes compositions du génome humain et font alors penser à une volonté de s’attacher à des corps augmentés, mécanisés, voire robotisés. Cette même démarche se retrouve d’ailleurs dans Birth, mannequin d’enfant en bronze, dont l’avant-bras est en aluminium.

Thématique très en vogue actuellement, dans le secteur du cinéma ou de la littérature, le transhumanisme trouve ainsi une déclinaison dans le champ plastique, déclinaison renforcée par la présence de voix (Kiswanson et un enfant, dialoguant) dans la grande salle. Alors qu’on pourrait imaginer, avec un tel descriptif, que l’exposition se montre froide et désincarnée (grand espace et peu d’œuvres, couleur grise, matériaux de verre et de métal, aspect fonctionnel des composantes des Mother Form), ces participations vocales apportent chaleur et humanité à la proposition du Suédois.

François Bousquet
le 11/04/2018

À lire également

du 29/01/2013 au 02/03/2013
L’Apparition des Images
(Fondation d’entreprise)
du 26/05/2010 au 26/06/2010
Miroirs Noirs
(Fondation d’entreprise)
du 19/11/2010 au 23/12/2010
Louidgi Beltrame : (...)
(Fondation d’entreprise)
du 13/09/2011 au 29/10/2011
The Seabass
(Fondation d’entreprise)