Tim Linghaus

Memory Sketches

(Schole / Import)

 date de sortie

30/03/2018

 genre

Classique

 style

Néo-Classique

 appréciation

 tags

Néo-Classique / Schole / Tim Linghaus

 liens

Schole

 autres disques récents
Christina Vantzou
N° 4
(Kranky)
Erik Nilsson
The Imperfect Tense
(Hidden Shoal Recordings)
Ghost Flute & Dice
Live At Echokammer
(Attenuation Circuit)
The Third Eye Foundation
Wake The Dead
(Ici d’Ailleurs)

Apprendre que Schole Records livrait un nouvel album d’un musicien trentenaire adepte d’un piano quasi-solo est un peu source d’inquiétude pour notre part. De fait, ce registre se trouve tellement parcouru que c’est avec quelque appréhension qu’on entre dans l’écoute d’un tel disque. Au surplus, quand on découvre, dès l’intitulé, que l’idée d’ « esquisses » se trouve au centre du travail de l’interprète puis, en mettant l’album en route, qu’il se constitue de seize plages pour trente-deux minutes, on se dit que tous les ingrédients sont réunis pour faire un énième disque qu’on passera sans souvenir aucun.

Pourtant, une fois dépassés les (trop brefs) titres d’ouverture, on pénètre dans quelque chose de plus touchant, convaincu notamment par le touché de Tim Linghaus, velouté et sensible, nous laissant percevoir la pression de ses doigts sur ses notes de piano, voire la frappe du tissu des marteaux sur les cordes. Cette approche très confortable et sensitive renvoie, en vérité, à la volonté de l’Allemand d’aller fouiller dans sa mémoire pour en extraire des bribes et retranscrire celles-ci sur disque, comme si ces épreuves, ces fragments, étaient les seuls moyens de saisir ce qui s’enfuit avec le temps. Afin de faire pleinement participer l’auditeur, Linghaus se fait transparent dans ses intitulés, jusqu’à l’ironie même (FUNERAL FOR DAD, PT. II (IT WAS NICE TO HAVE KNOWN YOU)).

Au surplus, instrumentalement parlant, le musicien ne se limite donc pas à son piano, allant convoquer des apports autres, à l’image des quelques appuis rythmiques qui viennent structure INTO THE DARKER ARCHITECTURE OF YOURS, des synthés de RX ou bien des cordes samplées d’I WAS ATOMS AND WAVES. Sur ce point, toutefois, la brièveté s’avère souvent mauvaise conseillère, tant on aurait aimé que certains titres s’étirent un peu davantage (WE WILL NEVER COME BACK HERE AGAIN (LAMENT), par exemple). Néanmoins, nous retiendrons ici une bonne impression d’ensemble et le fait d’avoir eu raison d’aller au-delà de nos préjugés en la matière.

François Bousquet
le 16/04/2018

À lire également

Flica
Sub:Side
(Schole)
Akira Kosemura
Tiny Musical
(Schole)
Akira Kosemura
In The Dark Woods
(Schole)
Akira Kosemura
Our Own Picture (EP)
(Schole)