Mackaper

Minnen Av Framtiden

(Flora & Fauna / Import)

 date de sortie

23/09/2016

 genre

Electronique

 style

Psyché Rock / Progressif

 appréciation

 tags

Flora & Fauna / Mackaper / Progressif / Psyché Rock

 liens

Flora & Fauna
Mackaper

 autres disques récents
Splashgirl
Sixth Sense
(Hubro)
Automatisme
Transit
(Constellation)
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)

C’est en 2012 que l’on découvrait Mackaper avec leur 2ème album intitulé Mot Ljusare Tider. Entre temps, Markus Hulthén, l’un des deux organistes du quintet suédois, s’est lancé dans Skymningslandet, un autre projet mais dans un univers proche, quelque part entre krautrock et rock progressif, tous deux emmenés par les mêmes envolées mélodiques d’orgues.

On retrouve tout de suite le style de Mackaper avec Utanför qui ouvre magnifiquement ce nouvel album. Une rythmique fluide, une basse assez marquée, et de belles envolées d’orgues qui vous caressent les oreilles. Se prolongeant sur plus de 7mn, ce premier titre est entrecoupé de break intéressants avec une sorte de flûte au jeu saccadé, rompant avec la fluidité des claviers. Un premier titre plein de vie, alors que la rythmique s’accélèrent et que le son des orgues virevolte comme des piaillements d’oiseaux.
La suite est malheureusement un peu moins originale. On notera par exemple un style plus pop-rock sur Herrmann, avec un son nerveux, des claviers arides. Une instrumentation rock avec une teinte pop sucrée lorsque des chœurs passés au vocoder font leur apparition. Le ton est encore assez léger sur 1999, avec ici des sonorités plus ancrées dans les années 70.

Mais ce qui surprend sur cet album au bout de quelques titres, c’est la variété des styles abordés, nous donnant l’impression de voyager dans le temps et dans l’espace. On commencera ce voyage avec le très beau Den kalla vinden och den varma à l’ambiance médiévale avec ses roulements de percussions et ses vagues de harpe. Virage sur les années 80 ensuite avec Rakt in i solen et sa basse typique, hésitant entre disco et pop bariolée, et on finira le voyage en Egypte avec Sfinx où sonorités, mélodie et vocalises orientales s’invitent dans un krautrock débridé.
Pour être complet, on citera Brus qui se démarque en mettant les orgues un peu en retrait au profit d’un instrument à cordes frappées (ou imitation) et Hem qui conclue l’album en douceur puisque les percussions brillent ici par leur discrétion.

Un album plaisant, mais on regrettera un petit manque de personnalité si on devait le comparer au précédent album. Cela dit, le quintet suédois tente de se renouveler et nous offre une jolie palette sonore.

Fabrice ALLARD
le 13/05/2018

À lire également

Mackaper
Mot Ljusare Tider
(Flora & Fauna)