Rasalasad vs Amantra

Thisturbia

(Thisco / Internet)

 date de sortie

15/10/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Expérimental

 appréciation

 tags

Ambient / Drone / Expérimental / Rasalasad / Thisco

 liens

Thisco
Rasalasad

 autres disques récents
Nadia Struiwigh
WHRRu
(Denovali Records)
Serph
Aerialist
(Noble)
Erik Honoré
Unrest
(Hubro)

Voici une situation un peu étrange avec une production d’un label que l’on connait depuis plus de 15 ans mais dont nous n’avons pourtant jamais parlé, peut-être parce qu’il est au final à la limite des genres abordés ici. Dirigée par Luis Van Seixas (Sci Fi Industries) et Fernando Cerqueira (Rasal.Asad), cette structure associative portugaise se situe à la limite des domaines de prédilection de ces deux artistes, à savoir électro/IDM pour le premier et ambient plutôt sombre pour le second.
Nous avons pu écouter 3 productions récentes du label, tournant toutes autour de Rasal.Asad, parmi lesquelles l’album Thismorphia, fruit de collaborations avec des artistes tels que Merzbow, Jarboe, Von Magnet, ou encore irr. app. (ext.).

Cette petite présentation faite, c’est finalement un EP que l’on a retenu, fruit d’une collaboration là encore entre Rasalasad et le Français Amantra. Cet artiste étant plutôt porté sur un croisement de drone et dark ambient, c’est un duo assez homogène à qui l’on a affaire. Quatre titres donc, en commençant par le drone dur, dense et un peu métallique de Rapid Eye. Un peu éraillé et parfois proche d’une sorte de crissement électronique frétillant, l’ensemble s’adoucit avec l’arrivée d’une nappe au second plan, habitée par divers bruitages, souffles glissants et ondes radio.
Notre préférence se portera sur Awakening qui s’appuie sur le même type d’éléments, que l’on comparerait ici à des souffles, des vents numériques puissants, puis des nappes/drones. Mais on gagne en force avec l’arrivée de superbes guitares plaintives esquissant une lente mélodie, pleine de mélancolie.

Peak surprendra un peu avec ses coups de percussions sourdes venant un peu assombrir le tableau, ou lui conférer une légère teinte industrielle. Les nappes sont ici remplacées par des chœurs qui prennent le dessus tout en contribuant eux aussi à une certaine noirceur puisque ceux-ci nous rappellent quelques vieux projets gothiques...
Le disque se termine avec Error dont les ronronnements ont ici une tonalité minérale. Plus court et assez répétitif, ce dernier titre est marqué par des coups de percussions métalliques qui finissent par produire une mélodie entêtante et un peu naïve.

4 titres assez différents, mais avec au final un univers cohérent et bien particulier. Même si cette production est un peu moins austère que ce que l’on a pu écouter du label Thisco, cet EP reste assez proche d’un univers dark ambient et s’adresse de fait à un public assez ciblé.

Fabrice ALLARD
le 17/05/2018