Benjamin Finger

10

(Sellout ! Music / Internet)

 date de sortie

07/10/2016

 genre

Electronique

 style

Electro / Expérimental / Pop

 appréciation

 tags

Benjamin Finger / Electro / Expérimental / Pop / Sellout ! Music

 liens

Benjamin Finger
Sellout ! Music

 autres disques récents
Resina
Traces
(130701)
Ben Chatwin
Staccato Signals
(Village Green)
Boris Hauf
Clark
(Shameless Records)
Stray Theories
All That Was Lost
(n5MD)

Benjamin Finger nous avait surpris l’an dernier avec l’album Motion Reverse qu’il sortait chez Shimmering Moods Records, un changement de label qui semblait accompagner un changement de style puisque cet album était beaucoup plus direct, croisant électronique moderne et vintage. Il poursuit et confirme ce virage en allant encore un peu plus loin sur cet album vraisemblablement intitulé 10 en raison des 10 pistes qui le compose, et faisant suite au 9,5 EP publié quelques mois plus tôt, également chez Sellout ! Music.

La première chose qui nous marque à l’écoute de cet album, c’est l’aspect inclassable de cette musique qui sort clairement des sentiers battus. On est même perturbé par cette impression de foisonnement presque chaotique, ce trop plein de sons qui nous apparaissent même très hétérogènes. Une musique purement électronique qui est aussi clairement marquée par une composante pop : c’est coloré, kaléidoscopique, limite psychédélique sur Freefloater, géniale introduction à l’album qui gagne en puissance au fil de ses 7mn pour finir sur une quasi techno, bouillonnante et lumineuse.
Dans la tonalité, l’album est par contre plutôt homogène, faisant preuve à la fois d’énergie et d’une certaine légèreté, avec parfois une pointe de folie bienvenue et décalée, comme cette espèce de voix incompréhensible, éraillée, proche d’un cri à la fin du plutôt léger Geek the Freak ou cette mélodie minimaliste de flûte électronique sur la rythmique lourde de Stretchpantz. On retrouve ensuite le son qui nous avait séduit sur Motion Reverse, à savoir ces basses bouillonnantes dont on ne saurait dire si elles viennent d’un krautrock électronique façon Tangerine Dream ou du dub électro de Pole. Toujours est-il que l’on est sous le charme des chaleureux Ibitchian Raper et Drunkstore Wodka qui nous font aussi penser à la dub house de The Orb.

A mi-parcours, Party Corpse fait office d’interlude et calme légèrement le jeu avec ses tintements de glockenspiel avant de remettre les gaz pour nous plonger dans le chaos sonore de Jive Ass Screamers qui bifurque vers une électro lourde et nasillarde sur sa 2ème partie. C’est peut-être l’une des caractéristiques de la suite de cet album qui s’avère un peu plus franche, directe, dansante même, avec des rythmiques un peu plus classiques, mais qui se révèlent efficaces, à l’image de ce Kangaroo Court tandis qu’après son intro ambient flottante, Kiddie Ninja Weekend embraye sur des breakbeats soutenus.
On termine avec l’électro de Planet Vunder-Baum dont la rythmique nous fait penser à du Kraftwerk actuel, bricolages sonores et exubérance sonore en plus.

Si son travail est très varié, c’est très certainement cette veine là du travail de Benjamin Finger que l’on préfère. Moins expérimental certes, pour un plaisir plus immédiat tout en restant hors norme.

Fabrice ALLARD
le 29/05/2018

À lire également

Benjamin Finger
Woods of Broccoli
(How is Annie Records)
Benjamin Finger
Motion Reverse
(Shimmering Moods Records)
Benjamin Finger
For You, Sleepsleeper
(How is Annie Records)
Benjamin Finger
Pleasurably Lost
(Eilean Records)