Festival Villette Sonique 2018 : Domotic / The Sea And Cake

 date du concert

26/05/2018

 salle

Parc de la Villette,
Paris

 tags

Domotic / Festival Villette Sonique 2018 / Parc de la Villette / The Sea and Cake

 liens

Parc de la Villette

 dans la même rubrique
26/06/2018
Tomoko Sauvage / Andrew Pekler
(Jeu de Paume)
25/05/2018
Festival Villette Sonique 2018 : Mogwai / Jon Hopkins
(Grande Halle de la Villette)
27/04/2018
Luca Sigurtà
(Perditempo)

Après le bon niveau de la soirée d’ouverture, la première journée en extérieur de cette édition de Villette Sonique offrait plusieurs propositions intéressantes, à la fois du côté de la programmation classique que du Village Label. Resserrée dans la partie nord du Parc de la Villette, la manifestation diurne a pu retrouver un peu d’amplitude après avoir pâti l’an passé des exigences liées à Vigipirate qui l’avaient concentrée sous des autoroutes urbaines. Demeurent néanmoins quelques queues de comète de ces contraintes logistiques : plusieurs accès fermés obligeant de faire de larges détours, fléchage largement perfectible pour passer d’une scène à l’autre, renouvellement de l’expérience de la scène dite « Périphérique » effectivement placée sous le Boulevard éponyme.

JPEG - 101.6 ko
Domotic

Pour débuter, c’est au Village Label, placé dans le Jardin des Îles, qu’on se rendit pour assister à un nouveau concert de Domotic, dans la lignée de celui vu à l’Espace B en décembre 2015. Adaptant son set au lieu et aux conditions (beaucoup de passage, peu de monde venant spécialement pour lui, espace extérieur peu évident à habiter), Stéphane Laporte livra des morceaux rythmés presque dansants, alternant pulsations sourdes et attaques plus franches et claires. Même si la réactivité des personnes en face de lui était plutôt faible (il n’est jamais facile d’ouvrir, à cette heure postprandiale, a fortiori quand le ciel se couvre), le Français, placé dos à la Géode, ne céda pas à une certaine facilité qui l’aurait conduit à accentuer le caractère « club » de sa musique, mais persista dans l’exploration de ses machines analogiques.

JPEG - 125.5 ko
The Sea And Cake

Sur le chemin (peu évident) pour rallier la scène « Périphérique », on devisait avec des connaissances de The Sea And Cake, pensant que le groupe avait cessé ses activités de longue date alors qu’en vérité, hormis une coupure entre 2004 et 2007, il poursuit sa route depuis près de vingt-cinq ans. Si le bassiste a changé (Douglas McCombs remplaçant Eric Claridge), le trio de base reste le même, autour de John McEntire, toujours à la batterie en sa qualité de membre de Tortoise (formation elle aussi vivace, même si moins en vue que pendant les années 90). Musicalement, on avait le souvenir de quelque chose de moins « pop » que ce qui nous fut livré cet après-midi : chant de Sam Prekop sur chaque morceau (voire contrechant d’Archer Prewitt en soutien), durée calibrée de chaque titre, section rythmique contenue à un accompagnement sommaire des deux guitaristes. Restent néanmoins, et fort heureusement, une qualité d’écriture et, surtout, la capacité d’Archer Prewitt à faire sonner sa six-cordes façon jazz (accords pincés, harmoniques caractéristiques, petits soli). Si le cadre n’était pas forcément idéal (entre deux piles de pont en béton, à proximité des pots d’échappement), cela suffit à justifier notre déplacement.

François Bousquet
le 30/05/2018

À lire également

06/12/2003
Festival Octopus 2003 :
(Galerie Eof)
Kumisolo
My Love For You Is A Cheap Pop Song
(Active Suspension)
23/10/2002
Infamous Labels #27 (...)
(Batofar)
Domotic
Ask for Tiger
(Active Suspension)