Lorenzo Balloni

創生の最果て

(Murmur Records / Import)

 date de sortie

23/11/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Musique Concrète / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Field Recordings / Lorenzo Balloni / Murmur Records / Musique Concrète

 liens

Murmur Records
Lorenzo Balloni

 autres disques récents
Max Ananyev
Water Atlas
(Serein)
Barnacles
One Single Sound
(Boring Machines)
Wealth
Primer
(Ventil)
Tom Hall
Fervor
(Elli Records)

Lorenzo Balloni est un jeune italien dont voici le tout premier album. Né en 1994 à Teramo, il est actuellement basé à Tokyo où les influences de la culture japonaise s’expriment pleinement. D’abord percussionniste avec une formation académique, son goût prononcé pour les disciplines artistiques en général, et la création en particulier, le poussent assez rapidement à prendre les chemins de traverses.

La création est d’ailleurs le sujet même de ce premier album dont le titre se traduirait par "Les extrémités les plus éloignées de la création", faisant référence aux limites créatives et techniques avec lesquels l’artiste doit composer. Le dispositif est assez simple avec une pièce unique d’une petite trentaine de minutes qui s’ouvre de façon franche, par un duo de nappes lumineuses frôlant parfois la saturation, puis une 3ème, plus douce. C’est alors que quelques enregistrements ambiants font leur apparition, traités, manipulés, à l’image de cette voix lointaine, pleine d’écho, incompréhensible.
Petit à petit nous avons l’impression de sortir de la brume, l’environnement s’éclaircit et laisse apparaître des voix d’enfants, croassement de corbeaux et autres chants d’oiseaux, des chocs métalliques, bruits de circulation, le tout étant drapé de superbes nappes ambient mélodiques.

L’ensemble de l’album est construit sur cette alternance et cet équilibre délicat entre field recordings et compositions ambient, ces dernières permettant de donner du liant et contribuant à la fluidité de la pièce. Ainsi les passages les plus abstraits qui s’appuient essentiellement sur des enregistrements sonores apparaissent ici comme des transitions habitées entre deux passages d’une ambient un peu plus classique.
La suite nous offre des chants d’insectes, écoulements d’eau, raclement de graviers, entrechocs de bois, de verre et des objets manipulés qui cassent la monotonie, l’ensemble nous faisant alors penser à de la musique concrète. Et puis des feuillages s’extrait bientôt une nouvelle montée de nappe lointaine, feutrée et pluvieuse, quelque part entre chœurs et ensemble orchestral, progressivement cristalline et glacée.

Un très joli premier album, une ambient incarnée qui devrait à n’en pas douter, séduire les amateurs du genre.

Fabrice ALLARD
le 20/06/2018

À lire également

Yann Novak & Robert Crouch
Fata Morgana
(Murmur Records)