V/A

Domizil : 20 Years Jubilee Package

(Domizil / Metamkine)

 date de sortie

00/12/2016

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Minimal / Field Recordings

 appréciation

 tags

Ambient / Bernd Schurer / Domizil / Expérimental / Field Recordings / Marcus Maeder / Martin Neukom / Minimal / Thomas Peter

 liens

Domizil
Thomas Peter
Marcus Maeder
Martin Neukom
Bernd Schurer

 autres disques récents
øjeRum
He Remembers There Were Gardens
(KrysaliSound)
Ocoeur
Inner
(n5MD)
Arve Henriksen
The Height Of The Reeds
(Rune Grammofon)
Pausal
Volume Flow
(hibernate)

Nous chroniquons des productions du label Suisse Domizil depuis 2004, mais celui-ci a été fondé en 1996, fêtant donc ses 20 ans avec cette volumineuse sortie. Ce package est en fait la réunion des 4 derniers albums des artistes phares du label, productions qui sont également disponibles à l’unité. Quatre albums de musiques expérimentales, conceptuelles, avec aux manettes Thomas Peter, Marcus Maeder et Martin Neukom dont nous avons déjà eu l’occasion de parler, et Bernd Schurer, co-fondateur du label, déjà croisé à quelques occasions, mais sur lequel nous ne nous sommes jamais vraiment attardé.

On prendra les disques par ordre de numéro de catalogue, en commençant donc par Martin Neukom et son album Studien 21.1 - 21.15 qui fait suite au Studien 5 - 7 chroniqué sur ces pages. Le travail du Suisse qui a étudié les mathématiques et la psychologie est concentré sur les processus auto-génératifs et les systèmes autonomes. Ses compositions proviennent donc d’outils (logiciels, machines) qui se contrôlent entre eux afin de produire une musique abstraite, faite d’oscillations, glissements, frétillements et lentes évolutions de tonalités. S’agissant essentiellement d’un travail sur le son, on adhérera plus ou moins en fonction de la nature de ces sonorités, entre les ronronnements nasillards de 21.3 ou 21.7, les zigouillis robotiques de 21.9 et les insectes électroniques de 21.2.
Marcus Maeder quant à lui signe l’album Non-Human, mais le titre pourra paraître trompeur si on l’écoute comme ici après celui de Martin Neukom. Certes, la musique de Marcus Maeder est froide, mais elle nous apparaît beaucoup plus accessible, comme cette superbe ouverture ambient minimale, faite de souffles et tonalités cristallines oscillantes (Step Out). La musique du Suisse est avant tout discrète : ses basses sont sourdes (Oscillations), ses Fluctuations sont à la fois cristallines et feutrées, et ses résonances métalliques oscillent jusqu’à se faire complètement oublier sur Recursive. L’album se termine sur une magnifique ambient faite de souffles légers et tonalités minérales (Propagation), concluant un album que l’on conseillera vivement à tout amateur d’ambient froide et minimale.

JPEG - 44.1 ko

On passe ensuite à Bernd Shchurer, auteur de Blind Material, certainement l’album le plus organique des 4. On notera d’abord sa construction hétérogène avec des titres de 2-3mn, d’autres de 6-8mn, et Soliloquy Synthesis qui se prolonge plus plus de 30mn, enchaînant bruissements et bruitages nous donnant l’impression d’être dans une volière, souffles fantomatiques et furtifs, bruitages d’animaux, caquetages, coups métalliques et gouttelettes électroniques. De part les éléments utilisés et les sonorités produites, la musique de Bernd Schurer se place ici au croisement de l’ambient et des musiques concrètes, tandis que sur les deux parties de Fuzzy Arc on est plus proche d’improvisations électroniques avec des tonalités franches et brutes.
On termine enfin avec l’album Thornbill de Thomas Peter, lui aussi adepte d’une musique très abstraite mais qui s’appuie sur des field recordings qu’il intègre tantôt tels quels dans ses compositions, ou dont il extrait quelques sonorités pour reconstruire une version purement sonore, brute et minimale, ne gardant que l’essence même de ces lieux de captation. Le résultat est assez étonnant sur Pyramids avec ses tonalités électroniques limpides, et plus proche de ce que l’on pouvait attendre sur Early June qui mêle percussions improvisées et textures grésillantes aux enregistrements ambiants, tout en jouant régulièrement avec les silences (Vibr #1-4).

JPEG - 48.4 ko

Un "coffret" que l’on réservera aux plus aventureux de nos lecteurs, aux amateurs d’expériences nouvelles et de recherche sonore, mais chacun pourra piocher 1 ou 2 disques selon ses goûts puisque ceux-ci restent disponibles à l’unité.

Fabrice ALLARD
le 16/07/2018

À lire également

Marcus Maeder
Subsegmental
(Domizil)
Burch Renders & Reducers Mama
Theatermusik
(Domizil)
Martin Neukom
Studien 5-7
(Domizil)
Thomas Peter
Medir
(Domizil)