Norman Westberg

After Vacation

(Room40 / Import)

 date de sortie

13/07/2018

 genre

Rock

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Norman Westberg / Room40

 liens

Room40

 autres disques récents
Barnacles
One Single Sound
(Boring Machines)
Wealth
Primer
(Ventil)
Tom Hall
Fervor
(Elli Records)
Less Bells
Solifuge
(Kranky)

Connu principalement comme membre des Swans, Norman Westberg développe, depuis une demi-douzaine d’années, un travail en solo, accueilli sur des labels que nous suivons (Hallow Ground ou, comme cette fois-ci, Room40) mais pour des productions que nous n’avions pas encore eu l’occasion de recenser ici. Pour autant, on se souvient avoir écouté l’une ou l’autre, mais sans que l’on pousse jusqu’à la chronique formellement matérialisée. L’été venu, et un peu plus de disponibilité avec, il est temps de rendre compte de ce parcours marqué par une exploration des différentes possibilités qu’offre la guitare.

De fait, c’est avec cet unique instrument que Westberg a composé les six morceaux d’un disque publié en vinyle et digital. Armé de sa six-cordes, il peut alors lui ajouter plusieurs effets (delay et réverbération, principalement) pour concocter une plage s’apparentant à une plongée en eaux profondes (Soothe The String). L’États-Unien sait aussi aller chercher, soit une forme d’oscillation, générée par la grâce du delay, faisant alors trembloter ses notes et rendant l’ensemble plus fragile et plus touchant (Drops In A Bucket), soit un jeu en finger-picking lui permettant de conclure son long-format par une tonalité quasi-folk (le morceau-titre).

En outre, il peut, sur les titres plus brefs (les trois minutes de Norman Sees An Infant, par exemple), aller chercher une certaine luminosité de sa six-cordes. Enfin, profitant à plein des quasi-douze minutes de Levitation, Norman Westberg va être capable d’évoluer progressivement tout au long de ce morceau, passant de quelque chose de plutôt aérien et caressant à une superposition d’accords identifiables posés sur des nappes accueillantes. Assurément la pièce la plus convaincante de l’album, ce titre agit aussi comme révélateur de la qualité d’un ensemble tout à fait solide.

François Bousquet
le 27/08/2018

À lire également

Lawrence English
Wilderness Of Mirrors
(Room40)
Eugene Carchesio
Concert For One Person In A Small Room
(Room40)
Minamo
Documental
(Room40)
Chris Herbert
Constants
(Room40)