Masayoshi Fujita

Book Of Life

(Erased Tapes / Import)

 date de sortie

27/07/2018

 genre

Jazz

 style

Acoustique

 appréciation

 tags

Acoustique / El Fog / Erased Tapes / Masayoshi Fujita

 liens

El Fog
Erased Tapes
Masayoshi Fujita

 autres disques récents
Automatisme
Transit
(Constellation)
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)
The Eye Of Time
Myth II : A Need To Survive
(Denovali Records)

Dernier volet d’une trilogie d’albums centrés autour du vibraphone, Book Of Life fait suite à Stories (initialement publié sur flau en 2013 et qu’Erased Tapes ressort à l’occasion de ce nouveau long-format) et Apologues. Recensés sur ces pages, ces deux précédents albums y avaient recueilli des impressions tout à fait enthousiastes, si bien qu’on entrait avec les meilleures dispositions dans Book Of Life dans lequel les instruments invités autour de Masayoshi Fujita semblent davantage présents que par le passé, sur les morceaux où ils sont conviés.

C’est ainsi que les cordes, notamment, peuvent naturellement enrober le vibraphone (Snowy White Tale) mais aussi se servir des croches répétées des lames métalliques comme support et se déployer par elles-mêmes (les deux violoncelles d’It’s Magical, les interventions de cordes et de flûte de Mountain Deer). Il ne s’agit pas d’instruments à proprement parler, mais d’autres adjuvants rejoignent le vibraphone sur Misty Avalanche puisqu’une chorale (dont parmi les membres, c’est très chic, on compte Peter Broderick) apporte des vocalises extatiques, renforçant le caractère un peu embué des compositions du Japonais.

Lorsque le vibraphone se trouve seul aux commandes, il sait aussi, comme par le passé, se faire pluriel puisque Masayoshi Fujita en joue, d’une part, à l’archet pour installer des nappes et aux mailloches pour frapper les lames et en extraire des sonorités aquatiques (Old Automation) et, d’autre part, parvient à en extraire des nappes en flux et reflux (Sadness). Plus encore, il peut également utiliser le manche en bois de ses mailloches pour des attaques plus franches ou bien pour faire un glissando (le morceau-titre). Même lorsqu’il se cantonne à un jeu délié, le Japonais sait intelligemment convoquer notes isolées et enchaînements rapides (le bien-nommé Harp, tant la coloration de son vibraphone se rapproche de cet instrument).

Sans surprise donc (c’est peut-être, si l’on voulait chercher un peu, la limite du disque), Book Of Life conclut donc très joliment cette trilogie. Espérons qu’à présent, Masayoshi Fujita saura réactiver son projet El Fog, afin de recommencer à alterner travaux acoustiques et propositions électroniques.

François Bousquet
le 31/08/2018

À lire également

Peter Broderick
These Walls Of Mine
(Erased Tapes)
El Fog
Rebuilding Vibes
(flau)
A Winged Victory For The Sullen
Atomos
(Erased Tapes)
Oliveray
Wonders
(Erased Tapes)