The Eye Of Time

Myth II : A Need To Survive

(Denovali Records / Season of Mist)

 date de sortie

03/08/2018

 genre

Rock

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

Denovali Records / Expérimental / The Eye Of Time

 liens

Denovali Records

 autres disques récents
Automatisme
Transit
(Constellation)
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)
Steve Hauschildt
Dissolvi
(Ghostly International)

Deuxième volet de ce qui est présenté comme une trilogie, Myth II : A Need To Survive nous donne l’occasion de nous pencher sur le travail de The Eye Of Time, musicien français signé sur Denovali Records et adepte d’un rock expérimental, marqué par une forte présence de batterie et de basse, et parcouru de vocalises diverses.

Sachant jouer de la longueur de ses morceaux (dépassant régulièrement les sept minutes), le Français y déploie des propositions sonores suffisamment riches pour attirer l’attention de l’auditeur, voire pour relancer son écoute après des passages lancinants dans lesquels il réitère les mêmes accords et mesures. Ces longues compositions de Marc Euvrie se trouvent également baignées dans une ambiance assez crépusculaire, voire très sombre et anxiogène, à l’image de ses visuels de pochettes, souvent d’un noir d’encre, ou bien des intitulés de ses morceaux (There Is So Much Pain In This World That We Have Created Robots To Share).

Mais tout n’est pas si désespéré, aussi bien sur le plan des titres (To Rise Through Our Tears, A Need To Survive et Notre Amour Est Assez Puissant Pour Détruire Ce Putain De Monde) que musicalement. De fait, si la posture un peu dramatisante, voire emphatique, peut guetter The Eye Of Time, sa capacité à jouer des cordes de son violoncelle pour percer les échafaudages sonores et rythmiques lui permet de ne pas verser dans une noirceur totale. (To Rise Through Our Tears). De même, la conjonction de rythmiques électroniques et de frappes sur une batterie réelle apporte une coloration tout à fait intéressante (Foldings). Plus encore, le jeu à l’archet de sa guitare électrique, comme la présence de ce qui semble être un thérémine sur le caudal Notre Amour Est Assez Puissant Pour Détruire Ce Putain De Monde offre un final aérien, grâce auquel on sort ragaillardi et regonflé à bloc, prêt à affronter « ce putain de monde ».

François Bousquet
le 12/09/2018

À lire également

Dictaphone
APR 70
(Denovali Records)
Nadia Struiwigh
WHRRu
(Denovali Records)
Dag Rosenqvist & Matthew Collings
Hello Darkness
(Denovali Records)
Origamibiro
Odham’s Standard
(Denovali Records)