Krijn de Koning : Des volumes et des vides

 date

du 02/06/2018 au 23/09/2018

 salle

LiFE,
Saint-Nazaire

 appréciation
 tags

Krijn de Koning / LiFE

 liens

LiFE

 dans la même rubrique
du 30/06/2018 au 30/09/2018
Céleste Boursier-Mougenot : Fluides
(HAB Galerie)
du 05/06/2018 au 23/09/2018
Gordon Matta-Clark : Anarchitecte
(Jeu de Paume)
du 02/06/2018 au 23/09/2018
Francisco Tropa : La Moustache cachée dans la Barbe
(Grand Café)
du 22/06/2018 au 09/09/2018
Encore un jour banane pour le poisson-rêve
(Palais de Tokyo)

D’ordinaire, pénétrer dans le LiFE, ce lieu d’art contemporain installé dans l’une des alvéoles de la base sous-marine de Saint-Nazaire, revient à se trouver à l’entrée d’un immense plateau de près de 1 500 m². Cette fois-ci, c’est par une porte qu’on s’introduit dans un espace sombre, après s’être fait indiquer qu’il y avait plusieurs cheminements possibles au sein d’une œuvre joliment intitulée Des volumes et des vides. Et, de fait, c’est bien une sorte de parcours labyrinthique dans un dispositif qui nous est proposé, comme si nous étions conviés à visiter une maison vide, tout juste habitée par quelques petites sculptures ou interventions, et aux murs colorés.

JPEG - 57.3 ko
Vue de l’exposition

Ouvrir les portes au hasard, emprunter des escaliers sans savoir où ils nous mènent, se laisser aller à vagabonder au milieu des teintes vives, apercevoir d’autres spectateurs par une ouverture : telles sont certaines des actions qui nous sont offertes avec cette grande installation. Sans forcément chercher de signification autre que le pur plaisir de la déambulation aléatoire, on peut toutefois considérer qu’un espace aux murs verts, et doté d’un parallélépipède vert et marron en son centre, pourrait s’apparenter à un jardin tandis qu’une petite pièce fait écho au passé sous-marinier du lieu.

JPEG - 65.2 ko
Vue de l’exposition

Entre maquette à l’échelle 1 et décor de théâtre, la sculpture peut aussi s’appréhender vue de haut (grâce à une coursive) ou de l’extérieur (puisqu’un passage en périphérie est envisageable). Le côté « envers du décor » dévoile alors les passages d’une salle à l’autre, l’arrière des cloisons de bois et fait ressortir les teintes des pièces non pourvues de toit. Particulièrement prisée des enfants (qui étaient assez nombreux lors de notre visite), l’œuvre du Néerlandais Krijn de Koning offre donc plusieurs niveaux de lecture, gage évident de qualité et de réussite du propos.

François Bousquet
le 10/09/2018

À lire également

du 07/12/2013 au 12/01/2014
Par les Temps qui courent
(LiFE)