Yair Etziony

As Above So Below

(Lamour Records / Internet)

 date de sortie

29/08/2018

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Lamour Records / Yair Etziony

 liens

Yair Etziony
Lamour Records

 autres disques récents
Spirit Fest
Anohito
(Morr Music)
øjeRum
He Remembers There Were Gardens
(KrysaliSound)
Ocoeur
Inner
(n5MD)
Arve Henriksen
The Height Of The Reeds
(Rune Grammofon)

Depuis notre dernière recension d’une sortie de Yair Etziony (soit novembre 2015), l’Israélien a publié plusieurs EP et un album, sur son propre label False Industries. Bien qu’ayant écouté chacune de ces parutions, nous ne nous y étions pas arrêtés ici, se trouvant face à une ambient trop peu marquante, au regard du reste des sorties de ce style, et au regard de la discographie passée de l’intéressé. Pour son retour sur Lamour Records, ce label suédois sur lequel, précisément, 3 Stigmata avait paru, Etziony retrouve la musique arythmique et (très) sombre développée dans cet album-ci, comme s’il y avait une concordance entre registre artistique et structure d’accueil.

Arythmiques, les cinq morceaux d’As Above So Below ne le sont en fait que partiellement puisque quelques coups sourds viennent parfois agrémenter les longues plages proposées par l’Israélien, dont on peine à savoir s’ils proviennent d’une boîte à rythmes spécifique ou bien d’un autre instrument (Macrocosmos). Par ailleurs, pour la majeure partie, il revient aux synthés de travailler en aller et retour, comme s’ils se mutaient en guitares chargées de mettre en place des murs de sons shoegaze (It’s All Connected). D’autres contributions semblent venir des mêmes instruments, mais plus fragmentées, façon glitchs cette fois-ci, destinés à habiller les textures et à ne pas se limiter à la superposition de strates, dans une recherche de transe un peu psyché (le morceau-titre).

Apparaît alors une lecture possible de ce nouvel album, placé sous l’égide de l’hermétisme (doctrine philosophique procédant par analogie) : puisqu’on postule que l’univers est la même chose que Dieu, que Dieu est la même chose que l’homme, que l’homme est la même chose qu’une cellule, etc, pourquoi un synthé ne serait-il pas la même chose qu’une guitare et un clavier la même chose qu’une boîte à rythmes ? Et, effectivement, pourquoi pas… ?

François Bousquet
le 27/09/2018

À lire également

Yair Etziony
Albion
(False Industries)
Yair Etziony
Delphi
(False Industries)
V/A
Intelligent Toys 2
(Sutemos)
Faction
The End of Tel Aviv
(Neo Ouija)