Tom Hall

Fervor

(Elli Records / Internet)

 date de sortie

21/03/2017

 genre

Electronique

 style

Drone / Expérimental / Noise

 appréciation

 tags

Drone / Elli Records / Expérimental / Noise / Tom Hall

 liens

Tom Hall
Elli Records

 autres disques récents
Max Ananyev
Water Atlas
(Serein)
Barnacles
One Single Sound
(Boring Machines)
Wealth
Primer
(Ventil)
Less Bells
Solifuge
(Kranky)

Tom Hall est un artiste australien qui travaille aussi bien l’image que le son. Il compose depuis une dizaine d’années, avec notamment Euphonia, une collaboration avec Lawrence English publiée en 2008 sur le label Presto !?. Mais mis à part cet album, l’artiste actuellement basé à Los Angeles était passé sous nos radars, sachant qu’il est généralement édité par d’obscurs labels et qu’il possède un style bien à lui.

Certes, nous n’avons ici que 2 titres pour faire connaissance avec Tom Hall, ce Fervor étant un prélude à l’album qui sera publié en 2018 par le label parisien Elli Records. On commence donc par les tonalités électroniques franches et nasillardes, légèrement fracturées, de As We Go To Fight Giants. Sur la forme, on pourrait presque parler d’ambient, avec une musique arythmique, essentiellement construite sur des envolées de nappes et textures, mais celles-ci sont trop puissantes et arides pour le genre. Le son est très dense et semble partir dans tous les sens, tout en évoluant au fil du morceau vers des textures plus marquées, voire bruitistes, nous faisant même penser à Fennesz sur les dernières minutes.

Only The Hunted Know s’ouvre lui sur le tintement de notes de piano, comme des gouttelettes, rapidement rattrapées par des accords d’orgues, souffles, chuintements et autres textures. Le style est proche du premier titre, avec des tentatives mélodiques plutôt séduisantes, là encore fracturées. En découle une combinaison assez atypique, entre douceur et rugosité, qui prendra fin de façon abrupte.

Une découverte assez étonnante, une électro qui sort des sentiers battus, une sorte d’ambient dopée aux amphétamines.

Fabrice ALLARD
le 06/11/2018