Festival Soy #16 : Keith Fullerton Whitman

 date du concert

04/11/2018

 salle

Musée d’Arts,
Nantes

 tags

Festival Soy #16 / Hrvatski / Keith Fullerton Whitman / Musée d’Arts

 liens

Keith Fullerton Whitman
Musée d’Arts
Festival Soy #16

Habitué de ces pages, Keith Fullerton Whitman venait clore, en ce qui nous concerne, cette seizième édition du Festival Soy. Placé, comme Martina Lussi la veille, dans la galerie d’art moderne du Musée d’Arts de Nantes, l’États-Unien livra une cinquantaine de minutes d’ambient tout à fait probantes, qui nous réconcilièrent même un peu avec sa musique, après des souvenirs plus mitigés de prestations trop courtes et trop peu marquantes. Il faut dire que le projet était de réinterpréter in extenso Playthroughs, excellent album publié en 2002 sur Kranky.

JPEG - 82.3 ko

C’est ainsi qu’il débuta par des oscillations de nappes et des tremblotements, provenant de son laptop mais aussi de sa guitare électrique, dont il extrayait également des notes arrivant progressivement, grâce au travail sur les variateurs de son instrument. Ces conjonctions conférèrent une apparence assez lumineuse, voire quasi-scintillante, à la limite du larsen, à ses compositions. L’espace sonore fut, par la suite, de plus en plus envahi, à mesure que les interventions de guitare prenaient de l’ampleur et se paraient d’une légère saturation. La très belle dimension tourbillonnante qui en résultait ravit ainsi le nombreux public présent, aussi bien les personnes assises sur les coussins que ceux qui avaient fait le choix de s’allonger à même le sol.

Au-delà de cette caractéristique, cette pleine occupation spatiale s’accompagnait d’une impression de vigueur des strates sonores, comme si Keith Fullerton Whitman avait délaissé l’aspect un peu fragile du début de son set pour mettre en place un corpus plus robuste et résistant. Une fois cette intensité retombée, la guitare électrique put être jouée en direct, sans filtre ni delay, apportant des sonorités très métalliques, pas loin du banjo ou du clavecin, tandis que les nappes synthétiques poursuivaient leur office, dans un mélange qui pouvait s’approcher d’une forme de musique concrète. Ayant ainsi exploré plusieurs pans ambient, le musicien reçut une volée d’applaudissements fort mérités, conclusion d’un grand week-end nantais une nouvelle fois convaincant.

François Bousquet
le 12/11/2018

À lire également

Fonica / KFT / S. Roux / C. Willits
E.A.D.G.B.E.
(12k)
Keith Fullerton Whitman
Disingenuity B/W Disingenuousness
(Pan)
01/11/2018
Festival Soy #16 : (...)
(Museum d’histoire naturell)
17/02/2012
Keith Fullerton Whitman
(Instants Chavirés)