Tim Hecker

Konoyo

(Kranky / Differ-ant)

 date de sortie

28/09/2018

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Kranky / Tim Hecker

 liens

Tim Hecker
Kranky

 autres disques récents
Eternell
Still Light
(Sound in Silence)
Moskus
Mirakler
(Hubro)
Epic45
Through Broken Summer
(Wayside and Woodland Recordings)
kj
ex
(Dronarivm)

Retour à son label auquel il est le plus fidèle pour Tim Hecker avec ce nouvel album, que publie Kranky après un petit crochet chez 4AD. Retour donc sur ce point mais, musicalement, le Canadien explore un nouveau territoire puisqu’il s’est ici allié les services d’un quatuor japonais (trois instruments à vents et des percussions) et d’une violoncelliste, en plus de la fidèle Kara-Lis Coverdale aux claviers. Naturellement, on s’éloigne donc des dialogues claviers-voix ou bien des aspects plus expérimentaux que le musicien avait pu développer par le passé.

Quelques consonances surlignent cependant démesurément l’apport est-asiatique de ces nouveaux collaborateurs (les instruments à vents au début de In Death Valley) mais, dans l’ensemble, ces apports s’insèrent convenablement dans la musique de Tim Hecker, travaillant autour de son aspect sombre ou parfois malaisant (le ryūteki, sorte de flûte traversière, et le hichiriki, forme de hautbois court, étant parfaitement capables d’aller chercher des notes aigues et dérangeantes). Précisément, sur la durée, on confirmera bien être face à un disque assez peu gracieux, dans lequel les nappes se s’avèrent pas forcément accueillantes ni les sonorités réconfortantes.

Sans pour autant verser dans une expérimentation débridée, le Canadien y livre donc sept morceaux qui n’imprègnent pas véritablement l’oreille, cherchant un peu leur positionnement, à l’image des formes d’approximations et de tremblements des claviers de In Mother Earth Phase ou bien des bribes mélodiques du début d’Across To Anoyo. En vérité, plus le disque avance, plus on se fait la réflexion qu’il gagnerait certainement en ampleur lors de sa traduction live. Attendons donc de voir si Tim Hecker croisera bientôt notre route pour détromper ou non ce sentiment…

François Bousquet
le 30/11/2018

À lire également

Tim Hecker
Ravedeath, 1972
(Kranky)
Benoit Pioulard
Temper
(Kranky)
Benoit Pioulard
Lasted
(Kranky)
Loscil
Endless Falls
(Kranky)