Hibernis

Middle Of The Meds

(Serein / Import)

 date de sortie

19/10/2018

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Hibernis / Same Waves / Serein

 liens

Serein

 autres disques récents
Axel Rigaud
Transformation
(n5MD)
James Murray
Landscapes Of Lovers
(Fluid Audio)
Saloli
The Deep End
(Kranky)
Styrofoam
We Can Never Go Home
(Sound in Silence)

En fin d’année dernière, le label flau avait publié un single de Same Waves, projet mené par John Hughes (gérant d’Hefty Records) et Lindsay Anderson (chanteuse de L’Altra). Les deux morceaux ne nous avaient guère convaincus, trop passe-partout dans leurs instrumentations et dans le chant de l’États-Unienne, et marqués par une production trop visible. Quand on apprit que le duo opérait aussi sous le nom d’Hibernis et sortait un album, on s’attendait donc à retrouver quelque chose d’approchant et de peu emballant. Or, musicalement, cela n’a rien à voir, Hibernis travaillant dans un registre beaucoup moins chargé (chant de Lindsay Anderson réduit à des vocalises, participation de John Hughes globalement contenue à de l’électronique minimal) et, d’ailleurs, c’est sur le label Serein, tout à fait indiqué pour ce type de proposition, que paraît ce long-format.

En vérité, c’est lors des sessions d’enregistrement de titres de Same Waves (en préparation d’un album que publie flau dans quelques semaines) que John Hughes a livré quelques esquisses instrumentales, sur lesquelles Lindsay Anderson a posé ses vocalises, accompagnant, par ces formes de hululements, l’ambient légèrement tourmenté de son comparse. Si la durée des morceaux entraîne l’auditeur à se plonger pleinement dans ces compositions pointillistes, elle peut aussi générer une impression d’absence de renouvellement, d’autant plus qu’une fois encore, Anderson ne se départit pas de ses vocalises.

Heureusement, les interventions prennent, par endroits, des atours un peu différents, à l’image des petites pulsations, presqu’aquatiques, de So What, des petites clochettes du morceau-titre ou bien des coups plus percussifs de Ramps. Dans ces moments-là, on est même aux franges d’un micro-dub pas désagréable, en tout cas un peu plus ouvragé et approfondi que les longues minutes des morceaux placés en ouverture et clôture de disque, qui chacun dépasse les douze minutes, et semblent donnent le sentiment de rapidement tourner en rond.

François Bousquet
le 05/01/2019

À lire également

Hidden Rivers
Where Moss Grows
(Serein)
Max Ananyev
Water Atlas
(Serein)
Strïe
Perpetual Journey (EP)
(Serein)