Corey Fuller

Break

(12k / Import)

 date de sortie

01/02/2019

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electroacoustique

 appréciation

 tags

12k / Ambient / Corey Fuller / Electroacoustique

 liens

12k

 autres disques récents
Martijn Comes
Interrogation Of The Crystalline Sublime
(Moving Furniture Records)
Quentin Sirjacq
Companion
(Schole)
Altars Altars
Fragments
(Home Normal)
Simon Scott
Soundings
(Touch)

Séduits par les deux albums studio d’Illuha, impression confortée par leur disque live, nous étions sans nouvelles du duo depuis quatre ans. Fidèle aux musiciens qu’il accueille, 12k nous permet de retrouver non pas les deux membres, mais un travail de Corey Fuller en solo, soit la réactivation d’une démarche solitaire entamée avant de former Illuha. Dans la continuité des compositions de cette formation, les sept morceaux de Break vont convoquer éléments électroniques et instruments réels. Sous ce rapport, on sera parfois bien en peine d’identifier véritablement la nature de ces derniers, puisqu’on nous annonce un piano mais on croit entendre un violoncelle, avec un jeu sur des cordes étouffées (le début de Seiche).

Pas de doute à d’autres moments : le piano agit bien en intervenant principal, enrobé de nappes sublimant son caractère mélancolique (le bien nommé Lamentation), même si le propos s’y fait alors peut-être moins singulier et plus commun. Sentiment voisin d’un ouvrage plutôt ordinaire, bien qu’intelligemment exécuté, quand des vocalises féminines dialoguent avec un piano rêveur et improvisant (A Hymn For The Broken). En revanche, quand, sur le caudal A Handful Of Dust, la sonorité du clavier se situe à mi-chemin entre piano préparé et toucher cotonneux, l’échange avec les matériaux électroacoustiques (petits sons métalliques, tapotements) prend une ampleur très convaincante.

Au-delà, et le morceau d’ouverture l’indiquait déjà, c’est lorsque l’États-Unien s’étend sur la durée (treize ou quinze minutes) qu’il s’avère encore plus pertinent, profitant de la longueur pour installer progressivement ses composantes. La répétition d’un même thème au piano, l’intégration de quelques bruissements, la permanence d’une note tenue en arrière-plan, l’entrée d’un instrument à cordes constituent ainsi les caractéristiques qui font de Look Into The Heart Of Light, The Silence un morceau tout à fait intéressant.

François Bousquet
le 01/03/2019

À lire également

Autistici
Volume Objects
(12k)
MOSS
s/t
(12k)
Christopher Willits
Folding, and the Tea
(12k)
Taylor Deupree
Faint
(12k)