Kin Leonn

Commune

(Kitchen. / Import)

 date de sortie

01/03/2019

 genre

Electronique

 style

Ambient / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Ambient / Kin Leonn / Kitchen. / Néo-Classique

 liens

Kitchen.

 autres disques récents
Haythem Mahbouli
Catching Moments In Time
(Schole)
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)

Label que ces pages suivent depuis sa deuxième référence, Kitchen. ne fait pas partie de ces structures très prolixes ; de fait, en quinze ans, nous n’en sommes qu’à vingt-trois sorties et, à nouveau, une découverte nous est proposée, avec le premier album d’un jeune Singapourien. Le tropisme est-asiatique de Kitchen. (label lui-même basé à Singapour et accueillant plusieurs Taïwanais ou Japonais, en plus de compatriotes) se confirme donc, ainsi que la capacité de cette structure à proposer des disques opérant entre ambient, électronique et néo-classique.

De ce dernier registre, Kin Leonn convoque effectivement le piano, souvent placé comme fondement de ses dix morceaux, mais vite relayé par des triturations, samples et autres apports. Toutes ces composantes permettent de constituer un ensemble allant davantage chercher dans une ambient très évocatrice, que ne vient pas démentir le jeu de piano, enchaînant montées et descentes dans un toucher très coulant, se faisant assurément l’écho des bruits d’eaux samplés (Somewhere). Peut-être pourrait-on néanmoins reprocher au jeune homme une trop grande brièveté de ces morceaux plus composites, quand on aimerait, par exemple, que les cordes samplées (Detached) ou le piano (Nightlight) permettent de prolonger un peu plus l’émotion

À d’autres moments, l’électronique prend vraiment le dessus, avec des petites rythmiques et une mélodie clairement synthétique, dans une veine proche de ce que des Occidentaux plus aguerris peuvent proposer (Visionary). Kin Leonn revêt alors, malgré ces accointances, une certaine singularité, tranchant un peu avec le reste d’un disque, certes touchant mais un rien trop sage.

François Bousquet
le 02/04/2019

À lire également

Aspistrafly
I Hold a Wish for You
(Kitchen.)
Haruka Nakamura
Twilight
(Kitchen.)
Fjordne
The Setting Sun
(Kitchen.)