Proem

Until Here For Years

(n5MD / Import)

 date de sortie

19/04/2019

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Electronica / n5MD / Proem

 liens

Proem
n5MD

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)
Ian Hawgood
Impermanence
(Slowcraft Records)

En 2010, nous chroniquions, enthousiastes, un album de Proem publié sur n5MD, se promettant de ne pas cesser de suivre le musicien, tellement son electronica était convaincante. Neuf ans plus tard, Proem recroise notre chemin, un peu honteux, de prime abord, d’avoir laisser passer autant de temps sans avoir repris langue avec Richard Bailey, avant de se rendre compte qu’il s’agit, en vérité, de son seul long-format paru depuis ces neuf années. C’est donc sans avoir rien raté de sa discographie principale (tout juste quelques sorties purement digitales nous auront échappé) que nous entreprenons l’écoute de cette cinquantaine de minutes d’electronica aux rythmiques savamment appuyées.

Comme sur Enough Conflict, Proem convoque ainsi des sonorités franches, aux franges de l’industriel et du métallique, utilisant des effets et traitements pour accentuer leur caractère grésillant, l’aspect « claquant » des pulsations ou bien la dimension sourde de certains coups. Alors que ces quelques lignes pourraient laisser craindre une écoute bousculée par des éléments durs et acérés, Richard Bailey sait assurément ménager son auditoire, offrant, au sein même de chacun des morceaux, des moments moins anguleux. À l’autre bout du spectre, il ne cède pas complètement aux sirènes de la mélodie, se permettant, par exemple, de limiter celle-ci à quelques mesures avant de passer le relais à des rythmiques moins chromatiques (Until Here Robot, Kids That Hate Live Things).

Particulièrement probant quand il densifie le propos et mélange, dans le même morceau (Dimensional Scissors Dance Routine) de nombreuses composantes, Proem y démontre également son aptitude à faire évoluer ses compositions au sein même des cinq minutes de sa propre durée : au déluge initial succèdent des séquences inférieures à la minute pendant lesquelles tel ou tel élément se trouve placé en avant. Certains titres sont toutefois probablement trop brefs (ainsi des deux minutes d’An Effort Was Made) pour prétendre à une telle adhésion et, dans l’ensemble, on ne secoue donc pas forcément la tête autant qu’on aurait pu le souhaiter, mais l’États-Unien livre bien un nouveau chapitre tout à fait probant de son parcours musical.

François Bousquet
le 11/06/2019

À lire également

Arc Lab
The Goodbye Radio
(n5MD)
Fall Therapy
You Look Different
(n5MD)
Dalot
Ancestors (EP)
(n5MD)
To Destroy A City
Sunless
(n5MD)