Carl Stone / Ilios

 date du concert

30/05/2005

 salle

Instants Chavirés,
Montreuil

 tags

Carl Stone / Ilios / Instants Chavirés

 liens

Ilios
Carl Stone
Instants Chavirés

 dans la même rubrique
14/11/2017
Thomas Tilly / BJ Nilsen
(Instants Chavirés)
13/11/2017
Christian Wallumrød Ensemble
(Dynamo)
09/11/2017
Matt Elliott
(Médiathèque Musicale de Paris)

L’association Kokeko investissait ce soir les Instants Chavirés pour une première partie (la suite étant prévue pour vendredi) avec l’affiche parfaite : Carl Stone qui a lui seul nous décide à traverser Paris pour passer la soirée à Montreuil, et en première partie Ilios, artiste Grec, notamment derrière le label Antifrost et qui joue planqué dans une tente. Une soirée 100% laptop aux Instants Chavirés, ça fait longtemps qu’on n’y avait pas eu droit, et on se réjouit d’être là ce soir.

Les concerts débutent vers 21h30 avec Ilios que l’on ne verra pas avant le concert. La salle aurait du être plongée dans l’obscurité mais la signalisation de l’issue de secours laissait planer une certaine pénombre. Aussi nous ne verrons pas Ilios, déjà caché dans sa tente. On devine une petite table de mixage, et donc un laptop dont la lueur laissera l’ombre de l’artiste sur la toile de sa tente.
Début de concert assez surprenant avec un long drone à peine audible, puis de bref claquement numérique, sifflement strident sur un tapis de chuintements granuleux. Bruitages organiques, chocs, éclats, crépitements, les uns semblant être provoqués par les autres, créant ainsi une certaine cohérence.
Et puis il jouera ensuite de façon plus austère sur la matière sonore avec des lancés de bruit blanc, sifflements stridents, et surtout des infra-basses qu’il modulera subtilement, changeant la tonalité ou la fréquence d’un vibrato. En fonction de ces paramètres, c’est la salle toute entière qui entrera en résonance avec la musique, créant des parasites qui au final faisaient partie intégrante de la performance. On s’imaginait alors assistant au même concert mais dans une autre salle, provoquant donc un autre rendu sonore en fonction des vibrations du lieu, ou bien dans une salle insonorisée (ou une écoute au casque) pour être sûr de n’écouter que la musique.
Une performance fort intéressante jouant sur la perception sonore, quelque part entre ambient, minimale, noise et expérimentale, mais suffisamment convaincante pour qu’on reparte des Instants avec trois disques de l’artiste, tous sortis chez Antifrost.

Le temps d’enlever le matériel et la tente de Ilios, et déjà Carl Stone prend place et s’assure que tout est bien réglé, fait les cent pas pendant que tout le monde s’attarde au bar. Finalement le public prend place, les lumières s’éteignent et le concert peut commencer.
Des bruitages plus proches de sons concrets que de la musique générée par ordinateur, comme des objets que l’on déplace, des ongles qui grattent une porte, et puis petit à petit, quelques nappes glacées s’élèvent, se superposent, un magnifique mélange de choeurs, de cordes, et un souffle à peine saturé qui prend de l’ampleur jusqu’à mettre fin brutalement à cette première partie. Dans un deuxième temps, retour aux bruitages concrets, des chocs, en boucles tronquées, ébauchent une rythmique chaotique au sein de laquelle se glissent quelques voix subissant le même genre de traitement. Musique concrète et complexe qui dérivera petit à petit vers une musique improvisée quand de micro samples de cuivres et piano se joindront à la mêlée. Intéressant, mais un passage qui sur le coup nous convaincra un peu moins. Pour finir, retour à l’ambient avec de longs et étranges glissandos, croisement de souffles et sifflements tenant un peu de l’illustration de science-fiction. Superpositions, croisements, pour un résultat presque aussi beau que la première partie et clôturant habilement cette pièce à la symétrie parfaite.
Après un concert en demie-teinte au Batofar fin 2002, c’était un plaisir de le revoir ici dans une prestation tout à fait convaincante.

Fabrice ALLARD
le 05/06/2005

À lire également

V/A
Void / Full
(Antifrost)
08/11/2002
Carl Stone - Les Hauts
(Batofar)
29/10/2017
Festival Soy #15 : (...)
(Musée d’Arts)
radicalfashion
Odori
(Hefty)