Charalambides / PG Six / Samara Lubelski

 date du concert

10/11/2005

 salle

Point Ephémère,
Paris

 tags

Charalambides / PG Six / Point Ephémère / Samara Lubelski

 liens

Charalambides
Point Ephémère

 dans la même rubrique

Première tournée française pour Charalambides avec, pour Paris, une date au Point Éphémère (que l’on découvrait pour la circonstance n’ayant pas eu l’occasion, depuis un an, d’aller dans la salle bordant le canal Saint-Martin) où Christina et Tom Carter étaient précédés de Samara Lubelski et PG Six.

Ce fut l’états-unienne qui monta la première sur scène pour un set sensiblement équivalent au souvenir que nous avions de sa prestation de l’an passé aux Instants Chavirés en support de Taurpis Tula. Son americana est fort bien exécutée mais manque cruellement de renouvellement d’un titre à l’autre : que ce soit dans le jeu de guitare (forte réverbération continuelle, mêmes arpèges ou presque tout du long) ou dans le chant (mi-parlé, mi-chanté, mélodies très proches). Vers la fin du set, la présence de PG Six à la flûte traversière pour deux morceaux vint apporter une couleur différente fort bienvenue.
Ce dernier prit ensuite place pour une nouvelle prestation d’americana. Si l’on craint dans un premier temps de retomber dans les “travers” de Samara Lubelski, la voix chaude, typique du genre, et le talent de songwriter de PG Six parvinrent à donner une consistance certaine à son set.

Enfin, un peu avant 23 heures, les Carter s’installèrent (Heather Murray, troisième membre du groupe étant absente), chacun à sa guitare (demi-caisse pour lui, électrique traditionnelle pour elle) et Christina au chant. Pendant que Tom explorait le champ des possibles de sa six-cordes (grattée, jouée au médiator, avec le tranchant de la main, au bottleneck en verre - avec le plat ou la tranche -) et travaillait sur la dimension envoûtante d’accords répétés, Christina plaçait sa voix haut perchée, se contentant de mots (voire de vocalises) plus que de phrases, criant parfois. Leur set, proposant ainsi une forme de free-folk hanté, piocha dans les différents albums de la formation (Joy Shapes et Market Square notamment) et parmi des inédits pour un ensemble qui, pendant près d’une heure et quart, ravit la soixantaine de personnes présentes.

François Bousquet
le 11/11/2005

À lire également

Charalambides
Exile
(Kranky)
14/11/2018
Charalambides / Bridget
(Nautes)
04/03/2005
Festival Open-Circuit :
(België)
18/12/2004
Bag of Spoon #3 : Samara
(Instants Chavirés)