Festival Variations 2020 : Jonathan Fitoussi

 date du concert

24/10/2020

 salle

Chapelle de l’Immaculée,
Nantes

 tags

Chapelle de l’Immaculée / Festival Variations 2020 / Jonathan Fitoussi

 liens

 dans la même rubrique
30/11/2021
Lea Bertucci / Olivier Benoit
(Instants Chavirés)
12/11/2021
Lori Goldston
(Moki Bar)
07/11/2021
Ana Roxanne
(Lafayette Anticipations)

À l’image du Festival Soy (auquel cette édition nous fait donc vraiment penser), Variations se fait également fort de sortir des lieux institutionnels, et singulièrement du Lieu Unique, espace organisateur et centralisateur. Les églises et autres lieux consacrés sont ainsi régulièrement occupés par les concerts de la manifestation et, pour 2020, la Chapelle de l’Immaculée, située juste de l’autre côté des voies de chemin de fer, accueillait trois propositions d’après-midi. Non encore évoqué sur ces pages, malgré un registre musical proche de nos préoccupations et peu éloigné des travaux du GRM, Jonathan Fitoussi avait attiré un public conséquent ce samedi, en fin de journée.

Jonathan Fitoussi

Installé devant l’autel de la Chapelle, il débuta par une note rebondissante et carillonnante, rejointe par de micro-larsens, des petits gazouillis de synthé, une nappe accueillante, une vague sonore en flux et reflux et une cascade de notes façon rivière digitalisée. Berçant et assez fin, ce prologue fut ensuite densifié, avec notamment l’introduction d’une basse continue et un peu saturée. Attablé devant plusieurs machines et câbles, usant de nombreux potentiomètres, le Français pouvait utiliser une sorte de cithare électronique, couchée sur son établi, et qu’il frappait avec des mailloches ou dont il pinçait les cordes.

Lumineuse et réverbérée, la musique qu’il en tirait s’intégrait ainsi parfaitement au reste de ses compositions, dans une forme à la fois cyclique et tourbillonnante, très bien aidée par la belle acoustique de la Chapelle de l’Immaculée. Si on pouvait un peu regretter l’absence d’acousmonium (ou autre dispositif équivalent de spatialisation du son), l’architecture du bâtiment se suffisait à elle-même pour servir idéalement un propos d’une étincelante beauté.

François Bousquet
le 30/10/2020

À lire également

23/10/2020
Festival Variations (...)
(Lieu Unique)
25/10/2020
Festival Variations (...)
(Lieu Unique)