Festival Reims Polar 2021

 date

du 26/05/2021 au 30/05/2021

 salle

Internet

 tags

Internet

 dans la même rubrique
du 21/11/2021 au 28/11/2021
Entrevues - Festival International du Film de Belfort 2021 - (...)
(Cinémathèque Française)
du 27/09/2021 au 03/10/2021
Festival Biarritz Amérique latine 2021 - Reprise du palmarès
(Cinémathèque Française)
du 26/08/2021 au 05/09/2021
Quinzaine des Réalisateurs 2021 - Reprise de la sélection
(Forum des Images)
du 26/07/2021 au 01/08/2021
Semaine de la Critique 2021 - Reprise de la sélection
(Cinémathèque Française)

Après Cognac et Beaune, le festival du film policier organisé par Bruno Barde trouve escale, à partir de cette année, à Reims. Cette nouvelle étape, dans cette tournée des villes de vins et spiritueux, donne l’occasion d’un changement de nom, la manifestation optant pour le ramassé « Reims Polar », intitulé, mis à part son caractère marketing, peut-être réducteur par rapport à celui de « festival du film policier ». De toute façon, cela faisait plusieurs années que ce festival avait élargi son spectre au thriller, film noir et autres déclinaisons du genre. Avant de retrouver une forme en présentiel l’an prochain, Reims Polar proposait une version en ligne pour 2021, avec les trois sections existant déjà à Beaune (Compétition, Sang Neuf, Hors Compétition). Au hasard de notre sélection de quatre films (sur les vingt-et-un présentés toutes sections confondues), l’élargissement au-delà du film policier se confirma puisqu’un seul des quatre pouvait être véritablement qualifié ainsi, faisant place, pour le reste, à des films-enquêtes ou bien des drames avec plus ou moins de suspense.

Compétition


Quelques années après Un Homme Idéal, déjà avec Pierre Niney (déjà nommé Mathieu Vasseur), Yann Gozlan poursuit dans son registre de thriller-enquête accessible et efficace, mais non dénué de quelques facilités. Enquêteur acousticien au Bureau d’Enquêtes Accidents, Mathieu opère sur la Boîte Noire du titre, à la suite d’un crash d’avion ayant fait 300 morts. Le film se déroule alors, entre fausses pistes dans l’investigation et jeux d’influences mettant aux prises avionneurs, pilotes et agents du BEA ou de la commission de certification. Cette dernière veine, qui pourrait être la plus intéressante du long-métrage français, donne lieu à des rebondissements un peu anticipables, les personnages étant un rien prévisibles.

S’agissant de l’enquête, en tant que telle, le film vise clairement l’horizon atteint par une récente série d’espionnage française (travellings dans les couloirs des bureaux, multiples portes sécurisées s’ouvrant par des badges, attachement aux détails du quotidien professionnel, souci de faire exister plusieurs figures au sein du BEA), d’autant plus que les deux oeuvres partagent une comédienne commune (Anne Azoulay). Pourtant, Boîte Noire, récipiendaire logique du Prix du Public, ne se hisse pas au niveau de réussite de la série considérée, restant trop superficiel par certains aspects, bien que le film contourne intelligemment quelques difficultés (à l’image de la manière dont il rend compte du crash aérien, scène évidemment trop chère à tourner).

Présenté en Compétition à Berlin l’an passé, Storia di Vacanze (Favolacce) nous installe dans une banlieue pavillonnaire de Rome, pendant un été où nous suivons plusieurs familles occupant la saison comme elles peuvent (baignades dans la mer ou dans une piscine gonflable, barbecues…). Une forme de décalage naît assez rapidement entre les enfants et les parents, les premiers apparaissant comme des êtres un peu angéliques (traits fins, délicatesse de leurs expressions, parlé soigné) et intelligents, face aux seconds beaucoup plus rustres. Fabio et Damiano D’Innocenzo forcent alors ce trait, caractérisant vite les uns et les autres, jusqu’à la caricature, notamment chez les pères, montrés comme sexistes et violents. Bénéficiant d’une lumière filtrée jaune (au cas où on aurait un doute sur le fait que la chaleur écrase les personnages), le film se perd dans une forme de complaisance quasi-manipulatrice, se délectant de la peinture de ses protagonistes et de la survenue d’un événement que le spectateur attend évidemment.

Sang Neuf


Principalement tournée vers les premiers longs-métrages, la section Sang Neuf offrait une présence à Giovanni Aloï, Italien ayant étudié à Paris VIII, ville qu’il retrouve pour La Troisième Guerre, film attaché à Léo, jeune militaire qui débute sa carrière par une présence dans les forces Sentinelle. Chargées de la mission Vigipirate, ces équipes sillonnent les rues et parcourent les couloirs de métro en se montrant attentifs à toute action inhabituelle (colis oublié, véhicule isolé, individu « chelou »). En pratique, elles passent même plus de temps à ne rien faire (sinon déambuler) qu’à intervenir, ce qui crée une forme de frustration chez Léo, pas toujours facilement tempéré par ses congénères et son sergent, interprété (un peu difficilement) par Leila Bekhti.

Pour expurger leur rage rentrée, les militaires ont, à la caserne, quelques possibilités : exercices de musculation, séances de jeu vidéo sur leur console (ils jouent « à la guerre », bien évidemment) ou bagarres intempestives avant des réconciliations toutes aussi franches et viriles. Ces scènes de caserne se montrent les plus réussies du film, exposant une belle vie de groupe, rythmée et régie par ses règles formelles ou tacites, avec des militaires aux motivations diverses, mais souvent montrés comme des têtes brûlées, engagées pour servir et protéger sans qu’ils sachent forcément ce que cela implique. Dans un Paris traversé de manifestations (contre la réforme des retraites, contre les violences policières), le projet met aussi en lumière le fait que tout le monde s’est habitué à « être en guerre » (contre le terrorisme, contre le coronavirus) et, par suite, à prendre le métro aux côtés de militaires armés.

Hors Compétition


Seul véritable film policier parmi les quatre vus cette petite semaine, Wander se présente comme une parfaite petite série B : intrigue conventionnelle (des morts suspectes sur lesquelles un détective privé est appelé à enquêter), acteurs surjouant (Aaron Eckhart dans le rôle principal et Tommy Lee Jones, en tête), personnages névrosés et paranoïaques, flashes-back incessants sur le traumatisme ayant frappé le héros, ambiance moite d’une petite ville du Texas profond où tout le monde se surveille, rebondissements réguliers, mise en scène agitée, etc… En regardant l’historique de la réalisatrice April Mullen, on constate que celle-ci s’est chargée d’épisodes de séries et, pour ses longs-métrages, de films sortis directement en DVD ou uniquement sur des plateformes. Effectivement, cela suffit.

Dates de sortie :

- Boîte Noire : 8 septembre 2021
- La Troisième Guerre : 22 septembre 2021
- Storia di Vacanze : 13 octobre 2021

François Bousquet
le 31/05/2021

À lire également

du 20/11/2020 au 29/11/2020
Festival des 3 Continents
(Internet)
du 25/01/2021 au 31/01/2021
Festival Premiers Plans
(Internet)