Festival Villette Sonique 2021 : Grand Veymont

 date du concert

29/05/2021

 salle

Parc de la Villette,
Paris

 tags

Festival Villette Sonique 2021 / Parc de la Villette

 liens

Parc de la Villette

 dans la même rubrique
30/11/2021
Lea Bertucci / Olivier Benoit
(Instants Chavirés)
12/11/2021
Lori Goldston
(Moki Bar)
07/11/2021
Ana Roxanne
(Lafayette Anticipations)

Être l’un des premiers festivals à reprendre après plus de six mois d’arrêt permet de donner le ton de ce qui sera possiblement la manière dont vont se dérouler plusieurs manifestations à venir. C’est ainsi que Villette Sonique se passa intégralement en extérieur, avec des cercles tracés par terre (ou des transats suivant la nature du sol), des spectateurs assis et à distance les uns des autres, des règles sanitaires régulièrement rappelées, des horaires diurnes (afin de respecter le couvre-feu) et une programmation très majoritairement française. Après une édition 2020 annulée (alors qu’elle promettait plutôt, notamment une soirée curatée par Stephen O’Malley avec Robert Aiki Aubrey Lowe et Kristin Anna, ou bien la présence de figures comme Kim Gordon et The Jesus & Mary Chain), ce sont seize concerts qui furent programmés cette année, sur deux jours et deux scènes, pour un festival dont les fondamentaux demeurèrent. La gratuité de l’accès au site drainait ainsi un public pas forcément connaisseur des propositions présentées, mais dans une convivialité et une bonne ambiance certaines (on propose volontiers une poignée de chips à son voisin de cercle), l’ensemble étant baigné d’un franc soleil.

Des choix furent néanmoins nécessaires puisque, mauvaise habitude de Villette Sonique, des sets avaient lieu simultanément dans les deux endroits du Parc mobilisés pour l’occasion (et dont aucun des deux, petit regret qu’on fera porter par la situation sanitaire, n’accueillait les traditionnels stands et tentes du Village Label). Notre sélection nous poussa, les deux débuts d’après-midi, vers le Jardin des Îles, cet espace placé après le sous-marin l’Argonaute, et qui permet aux musiciens de se produire avec la Géode dans le dos. Grand Veymont ouvrit ainsi les débats, à 14h passées d’une poignée de minutes, avec de longs morceaux, pour une pop entre psyché et lo-fi, un peu bricolée, un peu planante, faite de boucles et de pas mal de delay.

Grand Veymont

Officiant au chant, au Casio, synthé, voire à la flûte traversière, Béatrice Morel Journel se produisait en français, avec des paroles pas forcément intelligibles, mais qui n’occupaient pas trop de place, laissant plutôt les instruments occuper l’espace sonore. Le travail sur la durée du duo servit, par ailleurs, plutôt le projet, venant amplifier les volontés des Français d’emporter les auditeurs. Intégrant quelques rythmiques (programmées ou jouées par Josselin Varengo sur une batterie sommaire, constituée d’un tom, d’une caisse claire et d’une cymbale), l’ensemble prit alors davantage de corps, offrant des compositions tout à fait adaptées à ce début d’après-midi ensoleillé.

Une fois le changement de plateau effectué, Lisa Li-Lund s’installa, entourée de nombreux musiciens. Nous avions le souvenir, il y a une petite vingtaine d’années, d’avoir croisé la jeune femme autour des frères Herman Düne (dont elle est la soeur) au temps de l’antifolk triomphant ; elle s’adonnait alors à ce registre, provoquant aussi peu d’intérêt pour nous que ses frères. Avec le temps, la Française a pris de l’assurance, en même temps qu’un virage plus pop, mais le résultat se montra tout aussi passe-partout, ne venant générer qu’un ennui poli pour un set qu’on abandonna au bout de trois ou quatre morceaux, dont le dernier contenait, parmi ses paroles, les mots « middle of the road » ; tout était dit !

François Bousquet
le 04/06/2021

À lire également

30/05/2021
Festival Villette Sonique
(Parc de la Villette)