Festival Villette Sonique 2021 : Radio Hito / Tachycardie

 date du concert

30/05/2021

 salle

Parc de la Villette,
Paris

 tags

Festival Villette Sonique 2021 / Parc de la Villette / Tachycardie

 liens

Parc de la Villette

 dans la même rubrique
30/11/2021
Lea Bertucci / Olivier Benoit
(Instants Chavirés)
12/11/2021
Lori Goldston
(Moki Bar)
07/11/2021
Ana Roxanne
(Lafayette Anticipations)

Face à un public un peu moins nombreux que la veille (les cercles étaient environ à moitié vides), les concerts dominicaux de Villette Sonique débutèrent pile à l’heure, afin de pouvoir tenir le timing de l’après-midi. Installée debout devant ses deux claviers, Radio Hito était dotée d’un micro-casque, afin de chanter, d’une voix diaphane, en italien, en jouant ou en déambulant sur la scène. En soutien, elle lançait des mélodies un peu sommaires, avec soit des mesures mises en boucle, soit des interventions fragmentées, comme des pizzicati. Cela donnait un côté mystique à un ensemble qui aurait pu s’égarer dans le new-age si la batterie de Daniel Dariel et des rythmiques programmées n’intervenaient pas. Un rien trop fortes et trop grésillantes, des basses servaient néanmoins de contrepoints aux lignes aériennes de clavier de Y.-My Nguyen.

Radio Hito

Au milieu d’une prestation intéressante d’une cinquantaine de minutes, on ressentit un peu de frustration quand un morceau joliment entraînant, au tempo plus soutenu, s’interrompit trop prestement alors qu’on l’aurait bien vu se déployer pendant encore une ou deux minutes. Plus généralement, les morceaux de Radio Hito faisaient montre d’un calibrage étrage de leurs durées, certains étant presque trop longs (à l’image des deux premiers du set) et d’autres trop brefs, semblables à des vignettes, stoppées à peine débutées (la dernière proposition fut topique à cet égard).

Tachycardie

Positionné au centre de la scène, Tachycardie enchaîna, assis derrière sa batterie et de multiples percussions (cymbales supplémentaires, cloches…), pour livrer des instrumentaux structurés par des frappes rapides et métronomiques sur ses fûts et pièces métalliques. Quelques apports pré-enregistrés, tels ces vrombissements grandissants, ces larsens envahissants ou ces nappes enveloppantes, et des samples en direct des percussions venaient compléter la palette du Français. La musique de Jean-Baptiste Geoffroy, pieds nus, en pantacourt et t-shirt vert, présentait alors une forme un peu répétitive, mais c’est précisément le but de ce registre, chargé de son bagage entre musique concrète et expérimentations.

François Bousquet
le 07/06/2021

À lire également

05/11/2021
United Color Of Black
(Blockhaus DY10)
29/05/2021
Festival Villette Sonique
(Parc de la Villette)