Jennifer Douzenel : Juste Un Somme

 date

du 19/05/2021 au 12/06/2021

 salle

Galerie Édouard-Manet,
Gennevilliers

 appréciation
 tags

Galerie Édouard-Manet / Jennifer Douzenel

 dans la même rubrique
du 16/11/2021 au 22/01/2022
Histoires d’Abstraction - Le Cauchemar de Greenberg
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 27/11/2021 au 20/02/2022
Étoiles Distantes
(FRAC des Pays de la Loire)
du 06/10/2021 au 03/01/2022
Prix Marcel Duchamp 2021
(Centre Pompidou)
du 25/09/2021 au 19/12/2021
Derek Jarman : Dead Souls Whisper
(Crédac)

Réduite à trois grosses semaines, l’exposition de Jennifer Douzenel mérite pourtant qu’on s’y arrête, puisqu’elle permet de faire la découverte d’une vidéaste trentenaire qui présente ici quatre travaux récents, saisis un peu partout sur la planète, au gré de ses voyages et déplacements : Maroc, Norvège, Hong-Kong, Mexique. Une étrange beauté se dégage de ses natures mortes où il faut dépasser le premier regard pour s’apercevoir que les feuilles mortes virevoltantes au loin, dans les conifères, sont, en réalité, des papillons (Monarques) ou bien que les éclats lumineux dans les nuages sont les reflets de la vitre d’un aquarium à travers lequel le film est tourné (Bergen).

Cette recherche du second niveau se retrouve aussi dans Hong-Kong, où la caméra se concentre sur une petite surface d’eau dans laquelle se reflètent les néons de la ville, comme dans Pétales dans laquelle des pétales d’iris se mettent à bouger car positionnées sur une surface d’eau, motif décidément récurrent dans les projets de la Française. Non narratifs, constitués de plans fixes et sans présence humaine, ces derniers se font alors très apaisants, picturaux et tenus en dehors du fracas du monde, invitent ainsi à rester devant eux pour dépasser l’instantané.

Ce travail se trouve, enfin, servi par une scénographie très réussie : grands disques de moquette aux couleurs chaudes (bleu canard, cannelle, gris souris, parme), cimaises incurvées et recouvertes de crépi sur lesquelles sont projetés les films, assises basses et cylindriques dans les mêmes matière et tonalité que les sols respectifs. Favorisant une forme de plongée dans chacune des vidéos, cette disposition se veut aussi ouverte sur l’extérieur, bien à l’image des propositions de Jennifer Douzenel, donc.

François Bousquet
le 10/06/2021

À lire également

du 30/01/2014 au 22/03/2014
Pauline Curnier Jardin :
(Galerie Édouard-Manet)
du 27/09/2018 au 01/12/2018
Lucile Littot : Bons (...)
(Galerie Édouard-Manet)
du 15/04/2010 au 05/06/2010
Mark Geffriaud : Et (...)
(Galerie Édouard-Manet)
du 04/04/2019 au 15/06/2019
Jagna Ciuchta : Darlingto
(Galerie Édouard-Manet)