Tiens Ta Garde

 auteur

Collectif Marthe

 metteur en scène

Collectif Marthe

 date

du 17/06/2021 au 26/06/2021

 salle

Théâtre de la Cité Internationale,
Paris

 appréciation
 tags

Collectif Marthe / Théâtre de la Cité Internationale

 liens

Théâtre de la Cité Internationale

 dans la même rubrique
du 05/01/2022 au 22/01/2022
Une Télévision Française
(Théâtre des Abbesses)
du 23/11/2021 au 27/11/2021
La Luna En El Amazonas
(Théâtre des Abbesses)
18/11/2021
De la Disparition des Larmes
(Théâtre Ouvert)
du 12/11/2021 au 04/12/2021
Pacific Palisades
(Théâtre Paris-Villette)

Ainsi que ces pages ont déjà pu le relever à l’occasion d’autres thématiques, le théâtre s’avère souvent le lieu idoine pour capter et rendre compte, sur le plateau et avec un léger décalage temporel, des débats qui agitent nos sociétés. C’est donc sans réelle surprise que des écritures contemporaines se saisissent des enjeux féministes, dans la vague post-#metoo, comme ici avec le Collectif Marthe, quintet vif et énergique, accompagné par Guillaume Cayet à la dramaturgie. Prenant comme point de départ un cours d’autodéfense, les jeunes femmes en profitent pour relire plusieurs figures et passages historiques afin d’en mettre en lumière, plus ou moins ouvertement, la violence faite alors aux femmes et à la condition féminine.

Articulé autour d’un travail sur le corps, vu successivement comme un objet scientifique, un sujet de peinture ou une allégorie maternante, le spectacle alterne scènes dans le présent (au cours d’autodéfense) et reconstitutions historiques un peu décalées. Enchaînées sans noir, ni carton, ces différentes séquences s’alternent plutôt habilement et le lien se fait progressivement entre ces temporalités même si, par moments, la coexistence se montre un peu délicate quand il s’agit de juxtaposer passages burlesques un peu patauds (la nuit et le rêve de la prof d’autodéfense) avec des épisodes historiques forts (tel le gavage des suffragettes anglaises qui avaient tenté de faire une grève de la faim, après avoir été arrêtées et emprisonnées à la suite d’une manifestation).

La galerie de personnages, tous joués par le même quatuor, se grimant plus ou moins à vue, nous fait passer de John Locke à Davy Crockett, en passant par Poussin, Parmentier, Fragonard ou Manet. Un cours de peinture, une expérience scientifique, la répétition d’un discours devant la Convention sont ainsi recréés, dans un geste un peu bricolé et assurément enlevé, mais qui souffre de quelques facilités de dialogue (« Quel gâchis, Parmentier ! », phrases reprises de chansons de Francis Cabrel, Johnny Halliday ou Dalida). Plus généralement, sans remettre en cause la sincérité de l’entreprise, ni l’enthousiasme, Tiens Ta Garde donne le sentiment d’avoir manqué d’un regard extérieur, qui aurait gommé ces scories, raccourci le projet et densifié le tout. Après, il est également possible qu’en tant que mâle blanc de plus de 40 ans, et bien que partageant assurément les combats considérés, nous n’étions pas exactement la cible de cette proposition…

Autres dates :
-  du 29/06/2021 au 02/07/2021 : Parvis Saint-Jean - Dijon

François Bousquet
le 21/06/2021

À lire également

du 08/04/2013 au 20/04/2013
33 Tours Et Quelques (...)
(Théâtre de la Cité Internat)
du 05/12/2002 au 10/12/2002
Les Apiculteurs
(Théâtre de la Cité Internat)
du 16/01/2006 au 07/02/2006
Nous étions assis sur (...)
(Théâtre de la Cité Internat)
du 04/11/2013 au 08/11/2013
Quantum
(Théâtre de la Cité Internat)