Festival Biarritz Amérique latine 2021 - Reprise du palmarès

 date

du 27/09/2021 au 03/10/2021

 salle

Cinémathèque Française,
Paris

 tags

Cinémathèque Française

 liens

Cinémathèque Française

 dans la même rubrique
du 21/11/2021 au 28/11/2021
Entrevues - Festival International du Film de Belfort 2021 - (...)
(Cinémathèque Française)
du 26/08/2021 au 05/09/2021
Quinzaine des Réalisateurs 2021 - Reprise de la sélection
(Forum des Images)
du 26/07/2021 au 01/08/2021
Semaine de la Critique 2021 - Reprise de la sélection
(Cinémathèque Française)
du 26/05/2021 au 30/05/2021
Festival Reims Polar 2021
(Internet)

Retrouvant, lui aussi, un format plus traditionnel (avec, par exemple, le retour des concerts, en marge des projections et rencontres), le Festival Biarritz Amérique Latine poursuit, également, son partenariat avec la Cinémathèque Française pour y présenter les deux films (court-métrage et long-métrage de fiction) lauréats des principaux prix. Au sein de sélections (respectivement 11 et 10 films) à la belle diversité (pas plus de 3 films de la même nationalité), le palmarès des longs-métrages refléta finalement peu cette variété puisque les cinématographies argentine et dominicaine se partagèrent les cinq prix décernés par les différents jurys. Si, pour l’Argentine, cela fait longtemps que le pays est identifié, la République Dominicaine l’est moins et on pourra guetter, dans les mois et années à venir, si quelque chose émerge depuis les Caraïbes.

Pour ouvrir la soirée de reprise parisienne de ce palmarès, Entre Ellas nous amena, pendant une vingtaine de minutes, dans une laverie mexicaine, lieu dans lequel des femmes viennent pour oublier un peu leur quotidien, créer une solidarité « entre elles » et faire fi du temps qui passe. Regardées avec tendresse par Roxane Florin, reporter française qui les questionne en même temps, ces femmes se trouvent rassemblées également par le veuvage ou le célibat, sans pour autant qu’un sentiment de solitude n’émane d’elles. Personnalités attachantes, elles forment un gynécée de fortune, avec ses lave-linges brinquebalants, ses décorations kitchs et ses enseignes décaties.

Ayant fait une petite sensation au début des années 2010 (son premier long-métrage, Germania, avait été très remarqué au festival de Buenos Aires en 2012), Maximiliano Schonfeld s’était fait plus discret depuis. Avec Jesús López, il revient pour un film centré sur Abel, cousin du personnage-titre, qui se retrouve avec l’ombre portée de ce dernier, à la suite de son décès dans un accident. Pilote de courses et biker, Jesús López drainait autour de lui une petite communauté qui va faire une place à Abel, à la fois intrigué et fasciné par ce cousin plus âgé et au charisme un rien sulfureux. Le travail de deuil de toute la famille, les interrogations sur les manières de combler l’absence se doublent, alors, d’un récit d’apprentissage plus classique. À ses deux-tiers, le long-métrage, lauréat de l’Abrazo du meilleur film, prend des atours moins attendus, qui relancent l’attention et l’intérêt. Avec cette petite invention formelle, le réalisateur trouve une belle idée de cinéma, subtilement servie par une photographie qui privilégie les belles images sur la campagne argentine, sa terre qui poudroie et son soleil qui rougeoie, au diapason des moteurs de motos et voitures.

François Bousquet
le 15/10/2021

À lire également

du 28/11/2015 au 06/12/2015
EntreVues - Festival (...)
(Cinémathèque Française)
du 26/11/2016 au 04/12/2016
Entrevues - Festival (...)
(Cinémathèque Française)
du 21/11/2021 au 28/11/2021
Entrevues - Festival (...)
(Cinémathèque Française)
du 30/09/2019 au 06/10/2019
Festival Biarritz Amériqu
(Cinémathèque Française)