Ana Roxanne

 date du concert

07/11/2021

 salle

Lafayette Anticipations,
Paris

 tags

Ana Roxanne / Lafayette Anticipations

 liens

Lafayette Anticipations

 dans la même rubrique
30/11/2021
Lea Bertucci / Olivier Benoit
(Instants Chavirés)
12/11/2021
Lori Goldston
(Moki Bar)
05/11/2021
United Color Of Black Metal
(Blockhaus DY10)

Située au milieu d’une tournée française la menant de Rennes à Metz, la date parisienne d’Ana Roxanne était complète depuis une petite semaine. Alors que nous n’avions pas forcément imaginé que la venue de celle qui a publié son premier album l’an passé sur Kranky ameuterait autant les foules, nous avions pris notre place de justesse, pour nous retrouver, donc, au sein du public dominical venu garnir l’atrium de Lafayette Anticipations. Assis sur des coussins ou debout en périphérie, les spectateurs purent apprécier la cinquantaine de minutes d’un set aux morceaux non enchaînés.

Cette volonté de s’arrêter entre chaque titre amena la New-Yorkaise à proposer des fins de certaines pièces légèrement trop abruptes, avec fade out soudain, ou bien à servir des morceaux courts qui sonnèrent alors comme de simples intermèdes. Ceinte de sa basse sur quelques pièces, Ana Roxanne la délaissa pour des titres comme Suite Pour L’Invisible bien que ce dernier contînt des notes de basses très identifiables sur l’enregistrement lancé en début de pièce. Ce fut donc, en pratique, par des vocalises évanescentes et dotées de réverbération, vaguement hululantes, ou bien par un chant diaphane, que la jeune femme se distingua, offrant ces contributions sur tous les morceaux, et les soutenant par des samples musicaux.

Ana Roxanne

Au-delà des nappes préenregistrées, on retrouva ainsi les différents éléments ajoutés par la musicienne sur ses chansons : pulsations et extrait de film dans Camille (positionné vers les deux-tiers du set, et salué logiquement par le public) ou bruits de vagues dans Venus, par exemple. Plutôt envoûtant, le concert confirma la qualité d’ensemble de ses compositions, avant de se terminer par une reprise de The World Spins, morceau d’Angelo Badalamenti, interprété par Julee Cruise elle-même dans deux épisodes de Twin Peaks. Cette relecture ralentie se montra néanmoins un peu trop évidente, voire tautologique, d’autant plus que, plus tôt dans le concert, les notes de Suite Pour L’Invisible nous avaient furieusement fait penser à Badalamenti. Au sortir de Lafayette Anticipations, un sentiment mitigé naquit : voici bien une artiste qu’on aurait été déçu de rater, même s’il n’est pas sûr qu’on retourne la voir.

François Bousquet
le 15/11/2021

À lire également

Ana Roxanne
Because Of A Flower
(Kranky)