De la Disparition des Larmes

 auteur

Milène Tournier

 metteur en scène

Lena Paugam

 date

18/11/2021

 salle

Théâtre Ouvert,
Paris

 appréciation
 tags

Milène Tournier / Théâtre Ouvert

 liens

Théâtre Ouvert

 dans la même rubrique
du 05/01/2022 au 22/01/2022
Une Télévision Française
(Théâtre des Abbesses)
du 23/11/2021 au 27/11/2021
La Luna En El Amazonas
(Théâtre des Abbesses)
du 12/11/2021 au 04/12/2021
Pacific Palisades
(Théâtre Paris-Villette)
30/09/2021 et 01/10/2021
Archipel
(Théâtre Paris-Villette)

Pour notre première venue à Théâtre Ouvert depuis que le Centre National des Dramaturgies Contemporaines a déménagé dans le XXe arrondissement, quittant Montmartre pour les hauteurs de Gambetta, dans les locaux anciennement occupés par les défunts Théâtre de l’Est Parisien et Tarmac, nous découvrons le travail de Milène Tournier, jeune autrice et poétesse. Texte récent, De la Disparition des Larmes est porté par la voix d’une jeune femme de 35 ans, habitante d’une cité, qui narre ses vingt dernières années, entre débrouille et rencontres.

Pour incarner ce personnage, Lena Paugam (interprète et metteuse en scène) s’est affublée d’un simple short en jean et d’un blouson de survêtement, tenue passe-partout qui traduit bien la volonté universaliste du propos (aucun lieu n’est identifiable, aucune borne temporelle n’est donnée hormis l’existence de BFM-TV, aucun nom n’est prononcé). Le visage dur et sec de la comédienne se fait alors assez raccord avec un texte asséné sans ciller, pendant une heure et quart, tandis que des vues des barres d’immeuble, et des morceaux de phrase, sont projetés sur un drap en fond de scène.

Un peu ânonnée au début, la diction de la jeune femme gagne en flow quand une musique se fait entendre, trouvant alors une musicalité dans son déroulé, soutenu par une rythmique, des petites boucles mélodiques et des bribes vocales. À la frontière du slam ou de la performance musicale, le spectacle offre alors également quelques accents plus poétiques, ou plus tragiques, dans ce monologue introspectif. Pour autant, sur la durée, l’entreprise souffre possiblement d’une absence de regard tiers (extérieur à l’autrice et à la comédienne-créatrice), qui aurait pu apporter ici de la concision, ou là des éléments de mise en scène, de nature à relancer l’attention. De même, et hormis les notables moments musicaux, l’ensemble manque de variations dans son interprétation, jouée sensiblement sur la même note, ce qui ne nous a pas permis de rentrer suffisamment en empathie avec le texte et sa traduction scénique.

Autre date :
-  10 mars 2022 : Théâtre du Champ au Roy - Guingamp

François Bousquet
le 25/11/2021

À lire également

du 21/09/2015 au 10/10/2015
L’Incroyable Matin &
(Théâtre Ouvert)
du 12/05/2014 au 24/05/2014
Le Regard du Nageur
(Théâtre Ouvert)
du 18/01/2019 au 09/02/2019
Convulsions
(Théâtre Ouvert)
du 22/09/2017 au 07/10/2017
Ogres
(Théâtre Ouvert)