Arash Akbari

Fragments Of Yearning

(Karlrecords / Import)

 date de sortie

17/09/2021

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Arash Akbari / Karlrecords

 liens

Arash Akbari
Karlrecords

 autres disques récents
Tim Linghaus
Memory Sketches II
(Schole)
Grouper
Shade
(Kranky)
Dryft
From Stasis
(n5MD)
Joshua Trinidad
Sleeping With Worries
(Subcontinental Records)

Nouvel exemple de la vitalité de la scène électronique iranienne, l’arrivée d’Arash Akbari sur Karlrecords (pour une cassette tirée à 100 exemplaires seulement) nous permet de découvrir ce musicien déjà auteur de disques sur d’autres labels, comme Flaming Pines par exemple. À l’image de ses compatriotes (Porya Hatami ou Siavash Amini en tête), Akbari nous propose une ambient-expérimentale, faite de field recordings, sons travaillés et synthèse granulaire. Le format de la cassette, avec ce que cela induit dans le rendu, lorsque les bandes magnétiques tournent, se prête particulièrement bien à ce registre musical, avec ses nappes ondoyantes et son sentiment d’enveloppement suscité chez l’auditeur.

D’une piste à l’autre, l’Iranien fait le choix d’opérer par montée en puissance progressive ou, à l’inverse, de débuter de manière très présente en mettant tout en place immédiatement (Passage, Untold). Cette alternance permet alors de ne pas se lasser de l’écoute de cette cassette d’une petite heure, d’autant plus qu’en terme de couleur musicale, on passe aussi de plongées sombres à des rivages plus lumineux (Far Away From The Dawn, The Man Who Lived In The Mirror), en faisant un crochet par des contrées proches du space-rock (Rising Tide).

Traversées par quelques bribes vocales, comme des percées dans une gangue sonore plus dense et torturée (Don’t Worry, We Will Vanish Soon), les compositions d’Arash Akbari intègrent principalement des composantes traditionnelles de l’ambient-expérimentale, notamment des crépitements et autres dispositifs synthétiques un rien malaisants (Till It All Falls Down), ou encore de lancinantes poussées aux consonances métalliques (Broken Windows, Shimmering Waves). À côté de ces éléments un peu attendus, la manipulation des machines peut les apparenter à des traits de guitare électrique (Rising Tide), manifestation de la maîtrise de son sujet par un musicien qu’on est ravi d’avoir ici découvert.

François Bousquet
le 23/12/2021

À lire également

die ANGEL
Utopien I
(Karlrecords)
Giulio Aldinucci
Borders And Ruins
(Karlrecords)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karlrecords)
Arovane & Porya Hatami
Organism_evolution
(Karlrecords)