From The Mouth Of The Sun

Light Caught The Edges

(Lost Tribe Sound / Import)

 date de sortie

15/10/2021

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 tags

Aaron Martin / Dag Rosenqvist / From The Mouth Of The Sun / Lost Tribe Sound / Post-Rock

 liens

Lost Tribe Sound
Dag Rosenqvist
Aaron Martin

 autres disques récents
Tim Linghaus
Memory Sketches II
(Schole)
Grouper
Shade
(Kranky)
Dryft
From Stasis
(n5MD)
Joshua Trinidad
Sleeping With Worries
(Subcontinental Records)

Il y a une petite dizaine d’années, en marge de leurs travaux personnels, ces pages rendaient compte du premier album en commun de Dag Rosenqvist et Aaron Martin. Publié sous le nom de From The Mouth Of The Sun, Woven Tide ne nous avait pas pleinement convaincus, trop conforme à ce que nous pouvions imaginer de la rencontre du musicien électronique et du violoncelliste. Dans ce contexte, nous avions laissé passer leurs deux longs-formats suivants, pour les retrouver, sur Lost Tribe Sound, entourés d’autres musiciens suédois, pour un résultat s’aventurant bien au-delà de leurs zones de confort.

Dès la piste d’ouverture (For A Moment We Were Weightless), c’est ainsi une sorte de post-rock qui est mis en place, avec montée en puissance sur plus de sept minutes, au gré des entrées successives de (couches de) cordes. On retrouve une forme voisine sur le titre de clôture (I Draw You Close), son violoncelle de plus en plus présent, ses pulsations sourdes et son caractère touchant. Même impression de plénitude dans l’instrumentation avec les concours du saxophone de Lisen Rylander Löve (cette jeune femme qu’on connaissait au sein de Midaircondo) et de la batterie d’Esben Willems, sur un Breaking The Light aussi prenant que réussi : les envolées du premier y sont soutenues par la cadence mise par la seconde, frisant avec le démonstratif sans y verser tout à fait. La tonalité se fait, enfin, plus néo-classique quand le pianiste Jakob Lindhagen (récent comparse de Dag Rosenqvist pour un disque commun) intervient sur Landing In The Dark.

Forcément, à côté de ces quatre morceaux, ceux qui opèrent dans un registre plus feutré (nappes, petits grésillements, notes tenues de violoncelle) apparaissent comme moins singuliers et plus communs (à l’image, au hasard, d’Ashen). Mais, au total, on se trouve face à un disque contenant une moitié de très bons titres et une moitié de pistes parfaitement honorables. La moyenne est donc largement atteinte.

François Bousquet
le 11/01/2022

À lire également

V/A
15 Shades of White
(Dronarivm)
Dag Rosenqvist & Matthew Collings
Hello Darkness
(Denovali Records)
kj
spells
(Lost Tribe Sound)
26/04/2012
Jasper TX / :Take :
(Espace B)