Une Télévision Française

 auteur

Thomas Quillardet

 metteur en scène

Thomas Quillardet

 date

du 05/01/2022 au 22/01/2022

 salle

Théâtre des Abbesses,
Paris

 appréciation
 tags

Théâtre des Abbesses / Thomas Quillardet

 liens

Théâtre des Abbesses

 dans la même rubrique
du 23/11/2021 au 27/11/2021
La Luna En El Amazonas
(Théâtre des Abbesses)
18/11/2021
De la Disparition des Larmes
(Théâtre Ouvert)
du 12/11/2021 au 04/12/2021
Pacific Palisades
(Théâtre Paris-Villette)
30/09/2021 et 01/10/2021
Archipel
(Théâtre Paris-Villette)

Ambitieux projet, Une Télévision Française entreprend de raconter l’histoire de TF1 de 1986 à 1994, des mois avant sa privatisation jusqu’au lancement de LCI, prenant le parti que l’évolution de la première chaîne de télévision française est à la fois la préfiguration et le symbole de la transformation de la télévision vers l’info-spectacle, la culture du buzz et la recherche effrénée de l’audience. Rythmé, servi par onze comédiens interprétant près de soixante-dix personnages, le spectacle regarde surtout la salle de rédaction du 13h, épicentre de cette mutation, passant d’un journal télévisé traditionnel à un imagier dédié au terroir.

Enchaînant les séquences, sans aucune béquille (pas de carton nous indiquant les dates qui défilent, ni d’autres indications, si ce n’est le cours de l’Histoire qui permet de se repérer), la pièce montre, par exemple, comment une chaîne qui était la première sur certains événements (la mort de Malik Oussekine, tué par des policiers en marge d’une manifestation étudiante à laquelle il ne participait pas, en 1986) est devenue une chaîne qui ne traite même pas de la chute du mur de Berlin en 1989, n’étant pas suffisamment certaine de la véracité de l’information. Entre les deux, la privatisation et le rachat de TF1 par Francis Bouygues expliquent bien des choses, et c’est avec une gourmandise un peu horrifiée qu’on assiste à la transposition sur le plateau de l’audition du bétonneur devant les autorités, lorsqu’il était candidat au rachat, entouré de Patrick Le Lay ou Bernard Tapie.

À cet instant, on ne rit pas tellement de ce qui est montré, mais de ce qui est dit avec la conscience de ce qui s’est finalement passé, ce qui est advenu du fameux « mieux-disant culturel », et des annonces faites ce jour par l’aéropage entourant Bouygues : pas de dessin animé japonais, des représentations en direct de Bayreuth ou des captations du Mariage de Figaro monté par Jean-Pierre Vincent ! Au-delà de cette séquence, Thomas Quillardet sait aussi nous amuser en exposant quelques saynètes typiques de la vie de bureau, montrées dans leur quotidien (blagues plus ou moins lourdes entre collègues, drague plus ou moins dissimulée, petites jalousies et mesquineries, etc…) car, avant d’être le bureau d’une rédaction d’information, il s’agit bien d’un bureau comme tous les autres, avec ses chefs et ses téléphones, ses stagiaires et ses machines à café.

Tenant cette rêne, l’auteur-metteur en scène sait aussi tenir celle quasi-documentaire puisqu’une large part de ce qui est dit provient de matériaux avérés. C’est évidemment vrai pour les face-à-face politiques, dont les échanges sont de véritables verbatim (le débat Mitterrand-Chirac dans l’entre-deux tours de 1988, la confrontation Tapie-Le Pen en 1989), mais aussi pour des discussions au sein de la rédaction. Ainsi en est-il de cette hallucinante conférence de rédaction où sont mis en balance un sujet sur l’anniversaire de l’accident de la centrale de Tchernobyl avec trois sujets sur les pizzas (le boom de la pizza à domicile, les sacs à pizzas et les pizzerias traditionnelles), tandis que d’autres avancent que « les lunettes de soleil, ça va marcher », épisodes et phrases trouvées telles quelles dans le documentaire Le Journal commence à 20h, tourné en 1998 par William Karel au sein de la rédaction de France 2.

Situé après la période couverte par Une Télévision Française, ce documentaire montre bien que des réflexes se sont créés à cette époque, réflexes devenus des invariants, qu’on retrouve encore aujourd’hui, plus de trente ans après : obsession de l’immigration dans le débat public, éternelles interrogations sur l’opportunité de débattre avec l’extrême-droite, etc… C’est donc la manière dont ont été enfantés des monstres qui nous est dépeinte ici, avec ses stars (PPDA, Claire Chazal, Anne Sinclair…) interprétées un peu parodiquement, entre tendresse et caricature, et ses journalistes parfois prêts à tout, mais aussi parfois intègres. Sous ce rapport, on pourra regretter la forme d’idéalisation du reporter spécialisé sur l’étranger, forcément affublé d’un blouson de cuir et rétif à toute spectacularisation de son travail. De même, on mettra sur le compte du romanesque dramaturgique les quelques approximations calendaires de la pièce (Kurt Cobain n’est pas mort le même jour que celui où Jacques Chirac s’est déclaré candidat à la présidentielle).

Bien que long de plus de trois heures, le spectacle se déroule sans temps mort avec, néanmoins, une première partie (jusqu’au rachat de TF1 par Bouygues) possiblement plus réussie et moins mécanique que la seconde. Cela résulte certainement de notre meilleure connaissance de la seconde vie de TF1 (une question de génération) mais aussi du fait qu’à partir du déménagement à Boulogne-Billancourt, les événements s’enchaînent un peu rapidement (émeutes à Sartrouville, guerre en Yougoslavie, suicide de Pierre Bérégovoy, génocide au Rwanda…) sans prendre suffisamment le temps de s’arrêter sur l’un d’eux pour comprendre la manière dont la rédaction le traite. Pour autant, dans la période présente, mais aussi pour qui s’intéresse à la construction de l’information, voire de l’opinion publique, la pièce de Thomas Quillardet est pleinement recommandable.

Autres dates :
- 25 et 26 janvier 2022 : Coursive - La Rochelle
- 29 janvier 2022 : Équinoxe - Châteauroux
- 1er et 2 février 2022 : Grand R - La Roche-Sur-Yon
- 4 février 2022 : Théâtre - Angoulême
- 22 et 23 février 2022 : Étoile - Scène de Mouvaux
- 26 février 2022 : Passerelle - Gap

François Bousquet
le 10/01/2022

À lire également

du 25/01/2012 au 10/02/2012
Le Système de Ponzi
(Théâtre des Abbesses)
du 23/11/2021 au 27/11/2021
La Luna En El Amazonas
(Théâtre des Abbesses)
du 16/09/2008 au 04/10/2008
Le Soleil ni la Mort (...)
(Théâtre des Abbesses)
du 13/12/2006 au 27/12/2006
The Little Matchgirl
(Théâtre des Abbesses)