Christian Fennesz - Port Radium

 date du concert

20/03/2001

 salle

Purple Institute,
Paris

 tags

Fennesz / Portradium / Purple Institute

 liens

Portradium
Fennesz
Purple Institute

 dans la même rubrique

Notre dernière soirée büro commence a dater un peu, et c’est déjà un plaisir de ce diriger vers le Purple Institute malgrés une pluie persistante. D’un autre côté l’affiche nous laisse un peu perplexe, notre dernier concert de Christian Fennesz (Buro 8 avec General Magic et Pita) ayant laissé un arrière goût amer en raison d’une prestation extreme niveau expérimentations.

Déjà pas mal de monde a l’entrée et attroupé au bar lorsque l’on arrive. Les membres de Discom sont a la caisse, et le petit monde arty parisien papotte, une bière à la main.
Dans la longueur de la salle, une petite table sur laquelle deux powerbook attendent qu’on s’occupe d’eux.
C’est Port Radium qui commence avec un gros souffle métallique, puis on devine en arrière plan des sons plus aigüe formant des mélodies difficiles a cerner, floues, mais qui s’intègrent au souffle. L’ensemble est calme. Bruyant, mais atmosphérique, et les quelques notes présentent forme un tout mélancolique et somptueux. On sera même surpris de ressentir ce genre d’émotion avec une musique aussi expérimentale.
Le dernier morceau sera composé d’une magnifique mélodie electronica venue de très loin, prenant le dessus pour finir saturées, distordues. De toute beauté !!
Un concert très court malheureusement puisqu’environ 25 minutes plus tard, c’est terminé.

Il faudra attendre une demi heure avant que Christian Fennesz prenne place devant son powerbook. Il opte plutot pour des basses vrombissantes et granuleuses, et puis tout à coup une mélodie a la guitare fait son apparition, un peu comme un cheveux sur la soupe. On est surpris, un peu perplexe, le collage parraissant un peu artificiel.
La suite sera bien meilleure : comme Port Radium un set assez calme, un morceaux très long et répétitif, hypnotique avec le niveau sonore et de la distorsion qui augmente petit a petit. Le public surveille les enceintes qui menacent de lacher mais tout se passera bien. On notera une nette évolution de la musique de Christian Fennesz vers des tics electronica décelables dans les mélodies, ce qui n’est pas pour nous déplaire et qui rend sa musique bien plus abordable.

Bref pour tous les deux, une musique basée sur des nappes saturées et des semblants de mélodie vraiment touchant. C’était merveilleux, mais trop court (30 minutes pour Fennesz).

Fabrice ALLARD
le 25/03/2001

À lire également

01/05/2003
Festical FatCat : Black
(België)
05/04/2018
More Music Festival (...)
(Concertgebouw Brugge)
06/12/2002
Port Radium - Chlorgeschl
(Batofar)
27/03/2010
Présences Electronique
(Le 104)